Le compte NICKEL, nouveau système de paiements dématérialisés

Qu’est ce que le compte NICKEL?

Le compte nickel est un nouveau mode de paiement dématérialisé.

Il vous permet de régler notamment tous vos petits achats chez les commerçants de proximité, sans recourir à l’usage du cash (billets de banques et coupures métalliques), pour peu que ceux-ci soient équipés du terminal adéquat.

Votre nouvelle agence bancaire sera désormais votre buraliste.

compte-nickel-bar-tabac-francebleu

Concrètement, vous êtes titulaire d’une carte de paiement Mastercard qui est alimentée soit par vos dépôts de cash chez le buraliste (ce qui vous coûte une commission de 2% sur le montant du dépôt), soit par virement bancaire (gratuit puisque les virements SEPA sont gratuits au sein de l’UE).

Les dépôts de cash sont plafonnés à hauteur de 750€ par période de 30 jours.

La souscription et l’abonnement annuel au compte nickel coute 20€/an.

Vous êtes titulaire d’un compte chez la société promoteur du système de paiement Nickel. Cependant, cette entité n’est pas une banque. Elle ne vous prêtera pas d’argent. Vous ne pouvez donc pas acheter à découvert avec ce système. De même, les liquidités déposées sur le compte Nickel ne seront pas non plus rémunérées.

C’est le CREDIT MUTUEL ARKEA qui gère directement tous les flux de trésorerie générés par l’ensemble des comptes Nickel. Ces mouvements sont intégrés sur un seul compte collectif au nom de la société qui gère le système du compte NICKEL. Les utilisateurs n’ont aucun droit sur ce compte, sur les fonds qui y figurent et ne sont titulaires d’aucun sous-compte chez CREDIT MUTUEL ARKEA.

Pourquoi ce système qui compterait déjà plus de 60 000 utilisateurs risque de connaître un grand succès?

Tout simplement parce que contrairement au regretté MONEO, le coût de fonctionnement et la rémunération du promoteur de ce système de paiement sont reportés sur l’utilisateur et non sur les commerçants.

Mieux le réseau des buralistes devient un auxiliaire opérationnel actif de ce nouveau système et en tirera un revenu d’appoint.

Reste la question primordiale, pour nous numismates, que soulève la mise en place de ce nouveau système de paiement dématérialisé. Est-ce la fin des monnaies de circulation?

Une réponse rapide tendrait à dire qu’effectivement ce système va porter un coup rude à l’usage du cash dans la vie courante au moins dans l’hexagone.

Mais il faut relativiser cette première impression.

En effet, les paiements dématérialisés se développent depuis le début des années 2 000 à très grande vitesse. La gratuité et la fiabilité des virements SEPA au sein de l’UE est une vraie réussite. Les M-paiements (paiements par téléphone) augmentent sensiblement.

Or, le volume de billets EURO émis par les banques centrales européennes est le double en 2015 de celui émis en 2002, lors du passage à l’euro.

Cela tendrait plutôt à aller dans le sens d’une étude du cabinet CAP GEMINI sur le système de paiement mondial 2012 qui cite ainsi le cas du KENYA où l’explosion des paiements par mobile a eu pour corollaire une demande accrue de cash par les opérateurs économiques.

Il semble donc de manière générale qu’un recours accru à des moyens de paiements dématérialisés génère une masse de signes monétaires physiques croissante et il est peu probable que le compte NICKEL, ou tout autre systéme de paiement dématérialisé, entraîne la disparition de l’utilisation du cash dans la vie courante.

Source: CNA

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s