Fermeture programmée de l’imprimerie fiduciaire GIESECKE ET DEVRIENT de MUNICH

kontrolle-eines-100-euro

 Contrôle qualité sur un billet de 100€ dans l’usine GetD de Munich (crédit photo FAZ)

Giesecke et Devrient disparaît de Bavière. Le groupe a entériné la fermeture l’imprimerie Giesecke & Devrient de Munich pour des raisons de coûts de production excessifs. Dans l’avenir, les billets de banque seront imprimé dans l’usine du groupe située à Leipzig. Le transfert est en cours de réalisation.

Pendant des décennies, la Bundesbank avait obtenu des contrats d’impression de billets de banque qui étaient ensuite répartis pour  moitié à la Bundesdruckerei à Berlin et pour le reste à l’imprimerie fiduciaire Giesecke & Devrient de Munich. Cette répartition valable du temps du D-mark était restée idntique suite au passage à l’euro pour le contingent d’euro billets dont la fabrication était de la responsabilité de la Bundesbank.

Cependant, la BCE a clairement indiqué vouloir faire des économies substantielles  dans la fabrication de la monnaie fiduciaire. Elle a mis en place depuis 2015 une procédure d’appel d’offre unique qui pousse les imprimeurs européens à baisser leurs prix sous l’effet de la concurrence et à réduire à terme le nombre de ces imprimeurs fiduciaires en Europe.

Or dans beaucoup de pays tels que la France, l’imprimeur fiduciaire est en fait la banque centrale nationale ou une filiale.

Selon le directeur général Walter Schlebusch de GetD, la production de billets euros à Munich coûte trop cher. La fermeture de l’usine de Munich devrait faire baisser les coûts de plus de 100 millions. Ce dernier fustige également un marché où beaucoup d’autres intervenants sont subventionnés par les états membres, ce qui ne facilite pas la concurrence en matière d’impression de billets euros.

Le groupe GetD procédera à la suppression de 630 emplois à Munich. L’avenir du bâtiment, une fois désaffecté, reste incertain.

L’usine de Leipzig est considérée comme le berceau de Giesecke & Devrient. C’est là que la société a été fondée en 1852. Prés de 60 monnaies d’autres pays ont été imprimées dans cette usine.  La chaîne d’impression devra être adaptée à la production de billets euros. Ce site doit également obtenir toutes les certifications officielles de la BCE pour produire des billets euros.

Cependant, les premiers billets en euros pourraient y être imprimés dès cette année selon le même responsable de GetD.

Seuls le papier fiduciaire avec filigrane et l’hologramme seraient encore produits en Bavière, dans l’usine Louisenthal de Tegernsee.

Pour les billetophiles, cette nouvelle est d’importance. En effet, il faut rappeler que pour la seconde série de billets euros (ES-2) ou billet au « type Europe », la nomenclature et le classement ne se fait plus par pays, comme c’était le cas avec la première série d’euros billets, mais par l’imprimeur. L’imprimerie fiduciaire GetD de Munich avait une lettre qui lui était attribuée, la lettre X.

La restructuration envisagée par GetD devrait donc entraîner la disparition de cette lettre. Cela avait été le cas dans la première série avec le Luxembourg. La BCE lui avait attribué la lettre R, qui lui avait été finalement retirée car ce pays s’alimentait en billets neufs auprès d’autres banques centrales.

Eventuellement, la lettre X pourrait être réaffectée à un autre imprimeur fiduciaire, hors Union Européenne.

Guy SOHIER, le grand spécialiste de l’euro-billet, a répertorié à ce jour sur son site (le seul fiable en matière d’euro-billets) les tirages suivants de la série ES-2, correspondant à l’imprimerie GetD de Munich.

– Billet de 5€ au type Europa: aucun billet.

– Billet de 10€ au type Europa: trois tirages (X1 – X2 – X3)

Pour le nouveau billet de 20€ qui doit être mis en circulation en fin d’année (à partir du 25/11/2015), nous n’avons pas encore d’informations. La BCE indique toutefois que l’Allemagne a produit ou va produire des billets de 20€ en 2014 et 2015, période sur laquelle s’étale l’impression de ces nouveaux billets de 20€.

En tout état de cause, les différents tirages lettre X de la seconde série de billets euros (ES-2) seront à conserver par les collectionneurs car il n’y en aura pas beaucoup et sur des coupures de faible valeur faciale. Donc des coupures qui circulent beaucoup et s’usent vite (de quelques mois à deux ou trois ans).

Source: FAZ.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s