DELARUE a du verser plus de 13 millions de livres sterling à la Banque Centrale Indienne en 2014

220px-De_La_Rue_-_Logo

Après l’imprimeur allemand Giesecke et Devrient, c’est au tour de l’anglais De La Rue de connaître des difficultés financières.

Retour à l’été 2010 lorsque De La Rue a admis  «des irrégularités de qualité  de production » dans son imprimerie d’Overton et a lancé une grande enquête interne sur les causes de ces dysfonctionnements.

Le scandale avait entraîné le départ du PDG de l’ époque,  Monsieur Hussey.

5 ans plus tard, le groupe anglais reconnait avoir vu sa responsabilité contractuelle mise en cause par le client lésé. Bien que l’imprimeur n’ait pas dévoilé l’identité du client, il semble qu’il s’agisse de la banque centrale indienne.

Le groupe a annoncé que le non respect des ses obligations de performance entraînait le versement d’une indemnité au client de 13,5 millions de livres sterling, comptablement enregistrée en charge exceptionnelle.

Par ailleurs, De La Rue avait déjà subi des coûts exceptionnels à hauteur de 29,7 Millions de livres sterling sur ce marché, correspondant à des frais juridiques pour 3,5 Millions de livres sterling et des frais techniques et de production supplémentaires pour 19,9 Millions de livres sterling.

Le coût total pour le groupe, à ce jour, y compris la garantie de bonne exécution, a maintenant atteint 43,2 Millions de livres sterling.

 Selon la presse locale, l’imprimeur anglais a proposé un départ volontaire à environ 40 employés de son usine d’Overton.  La société a également vendu des terrains nus sur le site pour 9,6 Millions de livres sterling, ce qui se traduira par un gain exceptionnel d’environ £ 9m.

Les salariés craignent même la prochaine  fermeture du site de production qui emploie environ 500 salariés.

Pour les collectionneurs de billets euros, cette fermeture d’usine serait sans incidence puisque les sites De La Rue agréés par la BCE pour imprimer des billets euros sont les sites de Westhoughton et de Gateshead. De toute manière, aucune usine du groupe De la Rue n’a encore produit une émission de billets euros.

Contrairement à la fermeture du site de Munich de GetD, la fermeture du site anglais ne devrait pas se traduire par la disparition d’une lettre d’imprimeur dans la nomenclature de la seconde série d’euro-billets (ES2).

banner-1

Source: Printweek.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s