Médaille en bronze gravée par Victor Janvier et frappée pour l’exposition universelle de Paris en 1889.

exposition-collective-de-l%27industrie-du-gaz

Cette médaille représente le pavillon de l’Exposition Collective de l’industrie du Gaz de l’exposition universelle de 1889, qui s’est tenue à PARIS cette année là.

Revenons un peu en arrière : l’ampoule électrique a incandescence à été inventée en 1879 par Thomas Edison. Il installa 1000 lampes dans les halls de l’Exposition Internationale d’Electricité de PARIS de 1881. Elles éclairaient toutes en même temps et furent, sans conteste, une des attractions de cette manifestation. Ce fut pour Edison un tremplin médiatique inespéré. Et pour l’industrie du Gaz, l’arrivée d’une concurrence lumineuse moins « détonante »!

Néanmoins, en 1889,  le gaz ne déserte pas la lutte contre son redoutable adversaire, l’électricité. Il a pour lui l’avantage d’une situation acquise, des installations en place. Il prétend en outre offrir des ressources encore ignorées, et c’est pour montrer l’emploi de ces ressources, qu’a été construit au Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel, un élégant pavillon dont les dépenses ont été supportées par la collectivité des industries du gaz en France.

Dame ! on s’est saigné aux quatre tuyaux pour prouver que petit bonhomme de gaz vit encore, et appuyé de crédits suffisants, l’architecte M. Pieq a fait très joliment les choses : il a édifié un ravissant hôtel Renaissance tout blanc et ajouré de larges verrières, dans lequel le gaz est appliqué sous toutes ses formes : à l’éclairage, au chauffage, à la ventilation. Il fait même tourner des moteurs… mais cela me semble maladroit, parce que le premier soin d’un propriétaire d’hôtel qui possède un moteur à gaz est de s’en servir pour produire l’électricité pour l’éclairage.

Le soir, le palais flamboie par toutes ses ouvertures, le dôme qui le surmonte et qui est lui-même surmonté d’une sphère, n’est qu’un grand incendie de lumière blanche qui se reflète dans la pièce d’eau voisine. C’est une très jolie demeure, très fin de siècle, je dirai même très vingtième siècle, si elle n’était élevée à la gloire du gaz d’éclairage qui, dans dix ans, sera allé rejoindre les vieilles lunes.

Source: Joel (membre du CNA) et Livre d’or de l’exposition.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s