Interview de Monsieur TERISSE, auteur du livre référence sur la numismatique du mariage

la-numismatique-mariage-couv11-copie

Première de couverture de l’ouvrage de H. TERISSE

CNA: Pourquoi avoir choisi la numismatique du mariage comme sujet pour un ouvrage traitant de numismatique?

Henri TERISSE: En quelque sorte ce n’est pas moi qui l’ai choisie … quand les frères Hunt firent leur opération sur l’argent au début des années 80 (si cela vous intéresse j’ai un petit document d’époque sur le sujet) je me suis séparé de toutes les monnaies et médailles en argent dont, à l’époque, la valeur métal était supérieure à la valeur collection … sauf pour les médailles de mariage.

Il me déplaisait d’envoyer à la fonte des objets aussi personnels, bénis, célébrant pour la majorité le plus beau jour d’une vie. Mon épouse, consultée fut du même avis et nous décidâmes de les garder et de les collectionner. Chemin faisant nous avons recueilli auprès de personnes âgées toutes sortes de renseignements qui risquaient d’être oubliés. Enfin mon épouse m’ayant demandé de les lui classer je lui ai dit que je ferais cela à la retraite. Celle-ci venue … elle me rappela ma promesse et je découvris alors qu’il n’y avait pas d’ouvrage de référence. Ce qui me fut confirmé par deux éminents numismates professionnels qui me dirent d’un commun accord : vous pouvez répertorier notre stock nous vous éditerons et nous vous diffuserons !

Cinq ans après, en 2008, je me suis retrouvé auteur-éditeur pour le premier ouvrage. Il a provoqué « une sortie » importante de documents d’où en 2016 le deuxième ouvrage. Entre-temps ma base de données avait pris de l’ampleur avec plus de 12000 fiches au lieu de 5600 pour le premier ouvrage.

CNA: Pourquoi la numismatique du mariage est elle à votre avis un sujet très développé de part le monde ?

H.T: Le mariage est un acte important pour les mariés d’abord et pour la société ensuite car ce sont les règles péniblement élaborées de l’an 800 jusqu’en 1563 (24ème session du concile de Trente) qui ont abouti à la société que nous avons connu.

Il me paraît donc normal que cet événement soit commémoré à la fois pour rappeler un moment privilégié (numismatique privée) et pour donner une grande publicité à un événement concernant les grands de ce monde (numismatique publique).

Numismatique privée : elle comporte une attribution gravée et n’est réalisée en principe qu’à un exemplaire gardé par le couple.

Numismatique publique : entièrement frappée, réalisée en de nombreux exemplaires en différents métaux destinés à assurer la publicité de l’événement.

CNA: Avez-vous bénéficié de la collaboration de collectionneurs, français ou étrangers, pour réaliser cette nouvelle édition de votre ouvrage ?

 H.T. : J’ai effectivement bénéficié de l’aide de collectionneurs français et étrangers, de professionnels et de musées surtout français.

CNA: Pouvez vous préciser ce qu’est un denier ou un treizain dans la numismatique du mariage ?

H.T.: Les textes anciens nous indiquent que les envoyés de Clovis « offrent un sou et un denier » pour ses fiançailles avec Clotilde, le sou valait douze deniers … d’où le nombre de 13 deniers qui constituent un treizain. Il est béni par le prêtre et il est aisé de transformer le profane en sacré car le nombre 13 peut représenter Jésus Christ et les douze apôtres.

Le denier à épouser n’est pas toujours une monnaie et cette appellation recouvre en fait un ensemble hétéroclite de petits objets ronds de faible diamètre bénis par le prêtre lors de la cérémonie.

La majorité de ceux que nous connaissons sont ceux fabriqués spécialement pour cet usage qui constituent deux catégories distinctes : les monnaies et les deniers à épouser comportant des symboles et/ou des écrits relatifs au mariage.

CNA: Quels sont les principales époques, influences couvertes par votre ouvrage ?

H.T.: Les deniers à épouser apparaissent dès le XVIème suivis au siècle suivant par les médailles publiques. Les médailles privées démarrent au début du XIXème avec des avers d’abord empruntés à l’épopée napoléonienne.

Elles sont une spécificité française et constituent l’essentiel de notre numismatique.

dscn9505

Table des matières de l’ouvrage de H. TERISSE

CNA: Quelles différences ou particularités avez-vous noté au cours de la réalisation de votre étude entre la numismatique du mariage en France et dans le reste du monde?

H.T.: Les différences sont à imputer plus souvent à la langue qu’au pays. C’est ainsi que tous les pays de langue espagnole ont une allure commune …et utilisent des treizains fabriqués à l’heure actuelle.

De la même manière il y a des similitudes importantes entre les numismatiques allemande et autrichienne.

Certains pays, particulièrement l’Angleterre, ont une très forte tradition des monnaies commémoratives que l’on trouve en quantité pour tout évènement concernant la monarchie.

CNA: Quel avenir a selon vous le marché des médailles et jetons de la numismatique du mariage ?

H.T.: Tant qu’il y aura des mariages il y aura une numismatique, la preuve : il existe bien des médailles pour le PACS !

Si certains pays comme ceux de langue espagnole restent fidèles à la tradition des treizains, d’autres comme chez nous évoluent. Nous avons maintenant un nombre non négligeable de mairies qui offrent de médailles pour les mariages qu’elles ont célébrés.
Il y a toujours une numismatique vivante et même les treizains actuels  « espagnols » sont un reflet de l’époque où ils sont fabriqués.
L’étude de cette numismatique nous apporte des quantités de renseignements de toutes sortes. Elle était peu facile en l’absence d’ouvrages détaillés sur le sujet.
J’espère que les miens faciliteront maintenant la collection de ces objets et je constate avec plaisir que dans les ventes l’usage de mes références se fait de plus en plus fréquent
Certes la quantité d’objets n’est pas phénoménale … mais comme ils sont modérément collectionnés ils sont dans leur grande majorité d’un prix abordable.
Je crois qu’il y aura toujours des passionnés pour qui collectionner ces témoins anciens d’un grand moment de bonheur suscitera toujours  d’intenses émotions.

CNA: Existe-t-il une association ou un forum internet dédié à cette collection en France ou à l’étranger?

 H.T.: L’Amérique marque une véritable passion pour les deniers à épouser désignés sous le nom de « ARRAS », c’est le seul pays que je connaisse où il y a une sorte d’association sur ce sujet.

CNA: Quel est le tirage de votre ouvrage?

H.T: Mon dernier ouvrage a été tiré à 500 exemplaires.

CNA: Envisagez vous d’étendre vos recherches à d’autres domaines de la médaille (car c’est le parent pauvre de la numismatique en matière de parution d’ouvrages spécialisés)?

H.T.: Je n’envisage pas d’étendre mes recherches hors ce champ précis qui est beaucoup plus vaste que ce que je ne le supposais, j’ai dû abandonner d’autres collections.

Depuis le début de l’année j’ai découvert pratiquement chaque jour une nouveauté. Ce qui réserve de belles surprises aux collectionneurs débutants comme chevronnés !

Pour tenir compte de cet afflux et informer le plus rapidement possible les collectionneurs, depuis le premier Janvier 2017 des nouveautés sont présentées dans chaque numéro du Bulletin Numismatique de la CGB que tout le monde peut consulter sur internet.

***************

Le CNA remercie Monsieur TERISSE d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Ce dernier nous a indiqué être disposé a repondre aux éventuelles questions de nos lecteurs, directement, à l’adresse indiquée infra.

Pour vous procurer son ouvrage nous vous renvoyons à l’adresse précisée infra.

coordonnees-de-r-terisse

Source : Bureau du CNA.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s