Le Club Numismatique d’Argenteuil en visite à la Maison Léon Losseau de Mons (Belgique)

La Province de Hainaut a conduit un important travail de restauration et de mise en valeur  de ce  magnifique hôtel particulier de style Art Nouveau, rue de Nimy à Mons, où vécut Léon Losseau, (1869/1949).

photo article expo mons 8

Ce Docteur en Droit de l’Université de Liège, avocat au Barreau de Mons, ne plaide que pour défendre la cause des humbles et des déshérités. Grand érudit et collectionneur, notamment de livres et de médailles, il jouit d’une très grande aisance matérielle et a recueilli au cours de sa vie une immense collection d’objets d’art, de livres et de médailles des plus grands graveurs belges et français.

Sa collection numismatique recèle quelque 10858 objets, accumulés méthodiquement entre 1895 et 1947. Elle permet de retracer l’histoire de la numismatique belge de 1830 jusqu’à la seconde guerre mondiale, mais contient aussi des œuvres d’autres grands médailleurs, tels Roty, Dupuis, Chaplain, Dammann…

photo article expo mons 3

Léon Losseau ne se contentait pas d’accumuler des médailles. Il s’intéressait aussi aux différentes étapes de la fabrication de ces objets comme en témoignent les fontes de bronze et autres plâtres conservés dans sa maison. Exigeant, Léon Losseau parcourt les salles de vente, fait appel à des commanditaires et n’hésite pas à demander que l’on refrappe expressément une médaille, si elle manque à sa collection.

Dans sa maison, conservée telle qu’il l’a lui-même conçue et décorée, l’exposition « Une œuvre d’art au fond de la poche » invite à pénétrer dans son monde et celui de son ami, le célèbre sculpteur-médailleur belge Godefroid Devreese .

photo article expo mons 4

Godefroid Devreese, sculpteur de formation, réalisa – fortuitement dira-t-il – sa première médaille en 1895. Bientôt reconnu comme le plus grand artiste de ce début du XXème siècle dans cette discipline, il en réalisera plus de quatre cents. Elles se retrouvent toutes dans la collection de Léon Losseau.

photo article expo mons 5

La commissaire de l’exposition, Raphaèle Cornille, que nous remercions pour sa disponibilité, nous a guidés à travers les différentes salles de cette exposition, en nous faisant largement profiter de son érudition.

Une scénographie adaptée, avec en particulier de grands médaillers muraux restaurés, renvoyant à l’univers de la bibliothèque et du cabinet de curiosités, nous a permis d’aborder les préoccupations et les passions de Léon Losseau, comme l’Art nouveau, d’apprendre l’épisode de la découverte de l’édition originale d’Une Saison en Enfer d’Arthur Rimbaud, et, pour nous numismates, d’admirer une magnifique collection de médailles !

Prochaine visite guidée:  Samedi 25 mars à 14h.

La Fondation Losseau vous convie à une visite guidée exceptionnelle menée par Raphaèle Cornille, commissaire de l’exposition, au cœur de la plus grande collection privée de médailles en Belgique, celle de Léon Losseau.
Prix visite/personne : 7€

Maison Losseau
Accès rue de Nimy 39
7000 Mons
Tel: +32(0)65/339.880

Source: JOEL, membre du CNA.

Exposition à MONS consacrée au graveur-médailleur GODEFROID DEVREESE

Une vidéo sur le lieu de l’exposition: la Maison LOSSEAU

« Une œuvre d’art au fond de la poche », parcours dans l’œuvre du médailleur

Godefroid Devreese à travers les collections de Léon Losseau.

dsc02714_opt

Un virus transmis par papa…

Collectionneur de médailles dès son enfance, Léon Losseau recueillit en outre dans son hôtel particulier de la rue de Nimy, entre 1895 et 1947, près de onze mille objets d’art, œuvres des plus grands médailleurs belges et français.

Cet ensemble hors du commun, s’il présente un intérêt esthétique considérable, permet donc de suivre aussi le cours de l’histoire numismatique belge depuis la naissance de l’Etat en 1830 jusqu’à la seconde guerre mondiale.

devreese_2

Au-delà du beau…

Fidèle à son tempérament perfectionniste et obstiné, à son insatiable curiosité et à son goût pour la technique, Losseau ne se contenta pas « d’accumuler » des médailles. Il s’intéressait aux différentes étapes de la fabrication de ces objets, comme en témoignent les fontes de bronze et autres plâtres conservés dans sa maison. Les dossiers d’archives relatifs à ses travaux de recherche le démontrent à suffisance, il étudiait avec application l’histoire de la numismatique et s’intéressait aux grands artistes de cette discipline.

Parmi ceux-ci, son ami intime Godefroid Devreese, sculpteur de formation, qui réalisa – fortuitement dira-t-il – sa première médaille en 1895. Reconnu comme le plus grand artiste du genre au début du XXème siècle, il réalisa plus de quatre cents médailles, toutes prenant place dans la collection de Léon Losseau.

Les deux faces …

Si le propre de la médaille est d’être une œuvre d’art en théorie reproductible et facilement transportable, Losseau ne conservait pas longtemps ses acquisitions au fond de la poche de sa robe de chambre. Il aimait en effet partager les belles choses avec ses amis, et sa maison de la rue de Nimy a toujours constitué pour lui l’écrin idéal. Meubles et tableaux médaillers construits sur mesure lui permirent ainsi d’exposer une partie de sa collection aux yeux de tous. Losseau poussait souvent la coquetterie jusqu’à acquérir ses médailles en double exemplaire afin d’en laisser admirer le droit et le revers.

panneau-numismatique-maison-losseau2

Parce que c’était lui…

L’amitié sincère qui unit Losseau et Devreese durant plus de 40 ans reste ainsi gravée parmi les décors de l’hôtel particulier de la rue de Nimy, du hall d’entrée à la salle à manger que Losseau se plaisait d’ailleurs à appeler la « salle Devreese ». Le parcours conçu par Losseau présente de façon chronologique l’œuvre médaillistique de l’artiste ixellois.

En 1927, Léon Losseau entreprit de rédiger le catalogue de l’œuvre complète de Devreese, mais la seconde guerre mondiale et la disparition de son ami, qui collaborait à ce projet, empêcheront l’avocat montois de le mener à bien.
L’exposition « Une œuvre d’art au fond de la poche » vous permet de découvrir la collection de Losseau et l’art de Devreese en passant des salles d’expositions de la maison Bourlard, où vous est proposée une « lecture » contemporaine du sujet, au rez-de-chaussée de la maison classée où ont été restaurés les tableaux et meubles médaillers de Losseau, tels qu’il les avait lui-même organisés.

Commissaire de l’exposition : Raphaèle Cornille, Responsable des Collections iconographiques au Mundaneum.

panneau-numismatique-maison-losseau

En périphérie de l’exposition, un cycle d’activités variées, pour tous les publics :

Les samedis 25 février et 25 mars à 14h.
La Fondation Losseau vous convie à 3 visites guidées exceptionnelles
menées par Raphaèle Cornille, commissaire de l’exposition, au cœur de la plus grande collection privée de médailles en Belgique : celle de Léon Losseau.
PAF : 7 euros.

Samedi 11 février, du 10h à 17h
Atelier de confection de médailles. Pour petits et grands à partir de 6 ans. Sous la houlette de Françoise Gutman, vous serez amenés à façonner, couler, graver votre propre médaille, œuvre d’art de poche, au décor de votre choix.

Cette activité vous est proposée en collaboration avec le Secteur Education permanente de la Province de Hainaut.
Prière de se vêtir de façon adéquate (activité salissante).
Les collations de midi sont à la charge des participants.
PAF : 10 euros, comprenant le matériel nécessaire à la confection des médailles, le petit café.
4 euros pour les enfants jusqu’à 12 ans.

Maison Losseau
Accès rue de Nimy 39
7000 Mons
+32(0)65/339.880

devreese_1

Source: Province de HAINAULT.

Frappe de circulation 2017 pour la Belgique

100px-logo-monnaie_royale_de_belgique

Logo de la Monnaie Royale de BELGIQUE

Lors du World Money Fair 2017, nous avons appris par la KNM que les coupures euros belges de 1, 2, 20 eurocents et de 1, 2 euros ne seraient pas frappées pour la circulation en 2017.

Source:  documentation « wholesalers » de la KNM.

Fin annoncée de l’atelier de frappe de la Monnaie de Belgique au 01/01/2018!

100px-logo-monnaie_royale_de_belgique

Logo de la Monnaie Royale de Belgique

Alors que la Monnaie des Pays-Bas est à vendre, le journal belge Le Soir a annoncé, il y a quelques jours, la fermeture pure et simple de l’atelier de frappe de la Monnaie Royale de Belgique.

Pour le moment, seul l’atelier de frappe est concerné par cette fermeture. le marché de la frappe monétaire belge sera sous-traité à un autre institut monétaire (européen?). En revanche, les autres services de l’Hotel des Monnaies belge devraient être maintenus, notamment le service marketing et la logistique (chaîne de picking). Les autorités belges assurent qu’il ne sera procédé à aucun licenciement parmi les 25 salariés actuellement affectés à la frappe des euros belges.

Cette fermeture est prévue pour le 01/01/2018. Elle avait déjà été envisagée, il y a quelques années (la fermeture totale de l’établissement avait été annoncée pour le 01/01/2010), mais le gouvernement avait reculé devant la mobilisation de la population.

Selon les syndicats de la Monnaie Royale de Belgique, cette décision du gouvernement fait suite à la constatation par les autorités monétaires belges de l’afflux de coupures euros étrangères qui satisfont à elles seules les besoins de l’économie belges en coupures euros métalliques.

Il est aussi possible que cette restructuration corresponde à une volonté européenne de rationaliser la fabrication des coupures euros. Selon un  spécialiste de ce secteur économique, la délocalisation de la frappe monétaire de certains états, voire la fermeture pure et simple de certaines monnaies nationales est un sujet qui est abordé de manière récurrente lors de la conférence des « Mints Directors » européens.

Quel sera le prochain pays touché par la vague de restructurations des Hôtels des Monnaies européens? L’Allemagne, qui compte pas moins de cinq ateliers actuellement, risque d’être très probablement impactée dans les mois ou les quelques années qui viennent.

On ne peut que souhaiter que la frappe monétaire des pièces euros reste localisée en Europe pour tous les pays qui n’ont pas, ou plus, d’atelier monétaire.

Un voeu pieux?

mrb-frappe-inaugurale

La prochaine frappe inaugurale des euros belges aura t’elle lieu …en Chine?

frappe-en-chine

Source: Le SOIR.

Seconde 2€ commémorative belge 2015 « année du développement »

Exit la 2€ WATERLOO et la 2€ MONS, voici la 2€ « année du développement »,  c’est à dire la seconde pièce commémorative belge au millésime 2015.

be_400

Elle commémore l’année européenne du développement. Elle sera émise à hauteur de 250 000 exemplaires.

Emise à cette quantité, il est clair que cette pièce est dimensionnée pour le marché des collectionneurs et non pour circuler, au moins dans le pays émetteur. D’autant plus si la plus grande partie de la production est vendue sous un format « coin-card », comme les années précédentes.

Il y a de notre point de vue un dévoiement de l’émission des pièces de 2€  commémoratives qui sont émises dans beaucoup de pays non pas pour le grand public mais pour les collectionneurs.

Le dernier pré carré des clients des mints européens?

Source: JOUE.

Précisions autour de l’annulation de la 2€ commémorative 2015 belge « 200éme anniversaire de la bataille de WATERLOO »

Pour faire suite à nos articles sur l’annulation de la frappe de la 2€ commémorative 2015 «  200 ans de la bataille de Waterloo », nous avons interrogé un spécialiste des médailles, Joachim, responsable du forum « médaille-passion».

Il semble en effet que beaucoup de collectionneurs soient perturbés par le fait que la Monnaie de Paris puisse émettre des jetons touristiques depuis plusieurs années sur la Bataille de Waterloo, alors que le gouvernement français a mis son veto sur une pièce de 2€ commémorative belge sur le 200 éme anniversaire de la bataille.

Pour Joachim, il n’y a rien de choquant à cette situation. En effet, la Monnaie de Paris exerce une activité purement commerciale de frappe monétaire ou plutôt de produits monétiformes lorsqu’elle frappe des jetons touristiques (elle est d’ailleurs la seule entreprise à frapper ces jetons, suite au rachat de la société EVM en 2012).

Dés lors qu’un client lui commande une médaille, la Monnaie de Paris réalise un Bon à tirer que le client valide ou non. Le choix d’un sujet sur lequel porte la médaille commandée par un client relève donc de sa seule et entière responsabilité.

En la matière, la Monnaie de Paris apparaît comme un simple prestataire à qui est confiée la frappe du jeton.

La commande de jetons commémoratifs « Waterloo » est une commande récurrente à la MDP faîte par l’organisme belge qui gère le mémorial de WATERLOO et tout ce qui s’y rapporte.

La Monnaie de Paris est donc totalement étrangère au choix du sujet commémoré par une médaille touristique.

Il existe trois visuels différents pour les médailles touristiques « WATERLOO ».

La première représente un lion. Elle a été émise en 2004 pour la première fois et on compte cinq réassorts (millésimes) de cette médaille depuis cette date.

Waterloo - lion

La seconde représente NAPOLEON et a été émise en 2006.Elle a bénéficié de quatre réassorts depuis lors.

Waterloo - Napol+®on

La troisième médaille touristique dédiée à la journée du « 18 juin 1815 » n’a connu qu’un seul réassort. Elle est aujourd’hui épuisée sur le site de revente.

Waterloo - 18 juin 1815

Par ailleurs, c’est le gouvernement français et non la Monnaie de Paris qui a mis son veto à la frappe de la 2€ commémorative belge 2015 « Waterloo ». La Monnaie de Paris est totalement étrangère à ce choix.

D’autant plus que depuis 2007, la MDP n’est plus une administration d’Etat mais un EPIC, c’est-à-dire une entité juridiquement autonome de l’ETAT, suivant les règles de la comptabilité commerciale et non plus celles de la comptabilité publique.

Source: bureau du forum « médaille-passion».

Pièce belge de 2€ commémorative Waterloo 2015 (suite)…

320x180_01_0

Affiche des commémorations WATERLOO 2015

Concernant cette émission, le journal La Libre Belgique précise:

« La France, soutenue par un certain nombre de grands pays européens, avait marqué son opposition à la création d’une pièce de deux euros frappée par la Monnaie royale de Belgique à l’occasion du bicentenaire de la bataille de Waterloo. Notre pays a décidé de frapper une pièce spéciale de… 2,50 euros.

Les Français voyaient en fait d’un mauvais œil la création de cette pièce ayant cours légal qui évoquait le souvenir d’une défaite française face à une coalition européenne, précipitant dans la mort 55.000 personnes en une journée. « La bataille de Waterloo est un événement avec une résonance particulière dans la conscience collective, qui va au-delà du simple conflit militaire. La circulation de pièces portant des symboles négatifs pour une fraction de la population européenne nous semble préjudiciable, dans un contexte où les gouvernements de l’Eurozone tentent de renforcer l’unité et la coopération au sein de l’union monétaire », défend la France.

Quelque 175.000 pièces commémoratives de deux euros avaient déjà été frappées par la Monnaie royale de Belgique, selon le SPF Finances. Le coût pour le budget fédéral est estimé à 50.000 euros.

En frappant des pièces de 2,50 euros, la Belgique peut se passer de l’aval des autres pays membres de l’Union européenne. « Je suis quelque peu surpris de toute cette agitation. L’Europe a bien d’autres dossiers à traiter et des défis importants à relever pour perdre son temps et son énergie dans cette affaire », a réagi jeudi le ministre belge des Finances, Johan Van Overtveldt, qui précise que ce dossier date déjà de la législature précédente » (NDLR: la Belgique n’est pas soumise à l’approbation implicite de tout autre pays de l’UE pour l’émission de monnaies autres que celles de la série divisionnaire – 1cent à 2€- Ces pièces n’ont en effet cours légal que dans les limites des frontières du pays émetteur, ici la Belgique).

Le journal Le Monde fait était d’un préjudice beaucoup plus important pour la Monnaie de Belgique pour cette émission monétaire avortée.

« Le ministre des finances, le nationaliste flamand Johan Van Overtveldt s’est toutefois dit « un peu surpris ». La Monnaie royale devait frapper au total 270 000 pièces, dont 180 000 étaient déjà sorties des presses. Il en résultera une perte de 1,5 million d’euros. Le ministère tentera de combler ce manque à gagner en diffusant une pièce purement commémorative, d’une valeur de 2,5 euros, qui ne devra pas être soumise à l’approbation des autres Etats membres de l’UE.

téléchargement

Le ministre belge des finances Johan Van Overtveldt

Si le gouvernement belge n’entend pas envenimer la querelle, une responsable syndicale a, elle, confié à l’AFP sa colère et son incompréhension. D’autant, affirme-t-elle, que la Monnaie de Paris a installé son propre distributeur au pied de la Butte du Lion. On peut y acheter, pour 2 euros, une médaille représentant Napoléon en bicorne… ou le lion.« 

Deux remarques s’imposent:

– Si un jour des 2€ commémoratives 2015 Waterloo sont disponibles sur le marché (difformées ou non), elles pourraient atteindre des prix assez élevés. Car sur 175 000 pièces (selon La Libre Belgique), quelques unes échapperont probablement à la destruction, comme ce fut le cas pour les 10 cents françaises premier type 1999.

– La Belgique va devoir plancher sur une autre émission commémorative pour 2015 qui sortirait au mieux en fin d’année.

A noter que le journal belge indique que la seconde 2€ commémorative qui était prévue en 2015  serait dédiée à la ville de Mons, capitale européenne de la culture.

924614_506661666138570_1470192451_n

Logo officiel MONS 2015

Source: La Libre Belgique et Le Monde (12/03/2014).

Le projet belge de 2€ commémorative sur la bataille de Waterloo contesté par le gouvernement français

100px-Logo-Monnaie_Royale_de_Belgique

Le gouvernement français tente de bloquer l’adoption d’une pièce de monnaie commémorative de 2€ belge dédiée à la  bataille de Waterloo. Cette bataille a eu lieu en 1815 en Belgique  et marqua la chute définitive de NAPOLEON Ier. Cette pièce devait célébrer le 200e anniversaire de la bataille historique menée par le duc de Wellington contre Napoléon Ier.

Un projet a été soumis au Conseil de l’Union européenne par la Belgique en Février 2015.

La France a adressé une lettre de protestation aux autorités européennes, affirmant qu’un tel projet pourrait causer « des réactions hostiles en France » et contribuerait à saper la cohésion européenne au sein de la zone euro en célébrant un symbole négatif pour une fraction de la population européenne.

Toujours selon le gouvernement français, la bataille de Waterloo est un événement avec une résonance particulière dans la conscience collective, préjudiciable, dans un contexte où les gouvernements de la zone euro tentent de renforcer l’unité et la coopération au sein de l’union monétaire.

Certes plusieurs pièces commémoratives ont été émises concernant la première guerre mondiale (première 2€ commémorative belge 2014) ou la seconde guerre mondiale (2€ commémorative 2010 – Appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle émise par la France). Cependant la première était générique et portait sur la commémoration d’un événement majeur qui a touché l’Europe dans son ensemble, sans mettre en avant un belligérant par rapport à un autre. La seconde commémore un des premiers actes de résistance fondateurs du Général de Gaulle. La seconde guerre mondiale est en arrière plan par rapport à un événement qui va jouer un rôle essentiel dans la recomposition politique, institutionnelle  et gouvernementale française, pendant et après la guerre.

Waterloo est une bataille qui marque la fin d’une campagne militaire (celle des cent jours) et qui se solde par l’abdication définitive de Napoléon Ier. C’est une défaite majeure de l’histoire militaire française qui marque également la restauration de la monarchie et des Bourbons en France. Ceux-ci en avaient été chassés par les révolutionnaires républicains en 1789.

Il n’est donc pas étonnant qu’une telle émission monétaire suscite quelques réactions au sein des institutions républicaines françaises.

Un Etat membre peut s’opposer à une émission monétaire d’un autre Etat membre, dés lors qu’il estime qu’elle lui est préjudiciable. C’est également la raison d’être de l’obligation faîte aux Etats membres de communiquer préalablement tout projet d’émission monétaire aux autorités monétaires européennes, qui informent ensuite l’ensemble des Etats membres.

Les autorités européennes devront donc trancher cette question.

1292104401_B971751898Z.1_20140108095109_000_GB41OG8CR.1-0

Mémorial de Waterloo – crédits photo LE SOIR

Source: The Telegraph – merci à J.M. pour la communication de cette information.

Mort de la reine FABIOLA

Le 05/12/2014, l’ancienne reine des belges FABIOLA est décédée.

Elle était l’épouse du roi BAUDOIN jusqu’à la mort de ce dernier en 1993 et la mère du roi Albert II qui lui succéda.

D’un point de vue numismatique, la reine FABIOLA a orné nombre d’émissions numismatiques, tout au long de son propre règne (1960-1993) et même au delà.

a8f59e50-cd45-012c-8f90-0050569439b1

 

250 francs 1998 – 70 ans de la reine FABIOLA(photo wiki-collection)

 

125euro2013Fabiola

12 1/2  Reine FABIOLA 2013

 

Elle s’est éteinte dans le château familial de STUYVENBERG.

IMAGE0518

Château de STUYVENBERG (photo « mon blog royal »)

Source: la libre belgique.