Décolage rapide des ventes de « bullion coins » or et argent 2017 de l’US MINT

Les ventes du premier jour d’émission des pièces d’or et d’argent « American Eagle » 2017, le 9 janvier,  ont dépassé les ventes du premier jour pour les mêmes émissions en 2016. Toutefois, les ventes du premier jour d’émission pour les pièces d’or de la série « American Buffalo » sont légèrement en retrait par rapport au niveaux des ventes 2016, à la même date.

Source: Coin World.

Une nouvelle série de pièces d’un dollar dédiée aux inventeurs américains?

Jeff STARCK nous fait découvrir cette semaine la très probable nouvelle série de pièce d’un dollar qui prendraient  la suite de la série présidentielle. Cette dernière se conclue avec la pièce récemment émise et dédiée à Ronald REAGAN.

La nouvelle série serait consacrée aux inventeurs américains. Elle est initiée par un membre du congrès, représentant le Connecticut, JIM HIMES.

La nouvelle série serait émise sur 14 ans et comprendrait 56 pièces.

Jeff STARCK vous invite d’ailleurs à lui transmettre vos idées pour illustrer cette nouvelle série de pièces (jstarck@amospress.com).

En ce qui concerne le CNA, nous serions très favorables à une pièce d’un dollar dédiée à NIKOLA TESLA, inventeur et ingénieur d’origine croate,  naturalisé américain et grand rival d’Edison.

tesla_sarony

NIKOLA TESLA (crédits photos Wikipedia)

Source: COIN WORLD.

Monday Morning Brief – Bourse de l’ANA 2016

Jeff STARCK, du magazine COIN WORLD, revient sur la bourse annuelle de l’ANA qui s’est tenue à ANAHEIM (USA) du 9 au 13 août 2016.

Celle ci a connu une fréquentation soutenue d’environ 8300 visiteurs dont prés de la moitié étaient des membres de l’association organisatrice.

Beaucoup de professionnels étaient présents et la France était d’ailleurs avantageusement représentée par la société CGB.fr.

20160809_105546_resized_2

Equipe de CGB.fr à la bourse de l’ANA 2016 (source: cgb.fr)

L’affluence est plus faible que l’année précédente. Cependant, en Europe,  il n’y a guère que le World Money Fair à BERLIN qui peut rivaliser avec une telle affluence.

Les deux sociétés de ventes publiques Stack’s Bowers Galleries et Heritage ont annoncé un chiffre d’affaires lors de leurs ventes de plus de 58 millions de dollars.

De son côté, l’US Mint a présenté au public le seul exemplaire connu d’un cent en aluminium 1974 D.

Cette présentation a attiré beaucoup de visiteurs.

1793centstacks2

Un cent 1974 D en aluminium (crédits photos COIN WORLD)

Source: COIN WORLD.

Monday Morning Brief du 08/08/2016 – quarter dollar or « la liberté debout »

Nous sommes Lundi et c’est le jour du Monday Morning Brief du magazine Coin World.

2016-24k-Gold-Standing-Liberty-Quarter-Mock-up

Quarter dollar or 2016 « Standing Liberty » – (crédits photos Coinnews)

Aujourd’hui, Paul GILKES nous présente la future émission en or de l’US MINT, le quarter dollar or « Liberté debout – Standing Librety » commémorant le centenaire du quarter dollar de circulation émis avec le même dessin de Hermon A. MAC NIEL, entre 1916 et 1930 (le dessin initial avait été légèrement modifié à partir de 1917).

Cette pièce a un titre de 999/1000ème d’or et serait frappée à environ 125 000 exemplaires par l’atelier de West Point (lettre W), selon les informations de Coin World.

Le prix d’émission envisagé serait de 497,5 USD selon le cours haussier actuel de l’or, rapporté au poids de la pièce et à la quantité d’or qu’elle contient.

L’émission de cette pièce est prévue le 08/09/2016. La pièce est frappée en qualité UNC.

L’US Mint n’a pas précisé si l’offre était limitée à une pièce par foyer, comme cela est souvent le cas pour de telles émissions monétaires prisées du public.

Source: Coin World

Monday Morning Brief de COIN WORLD du 11/07/2016

Steve ROACH rédacteur du magazine numismatique COIN WORLD interviewe une jeune collectionneuse américaine, Peyton SOUDER.

A la question comment est tu venue à t’intéresser à ce hobby, cette dernière répond en substance:

« Eh bien quand j’étais très jeune, j’ai commencé à aller au marché aux puces avec mon père. Il regardait les pièces pendant que je restais assise à attendre. Je regardais à travers les bacs  diverses pièces de monnaie. Il y avait beaucoup de cents « Indian Head », de  » Lincoln » cents, de « dimes » (10 cents) et des trucs comme ça. J’ai commencé avec les cents Indian Head et un album Whitman. A partir de là, j’ai commencé à aller aux réunions du club numismatique de mon père. J’ai fini par aller au séminaire d’été de l’ ANA dès que j’ai été en mesure de le faire. Depuis, j’y assiste chaque été. Je participe également aux bourses numismatiques de l’ANA. J’adore l’ANA. Je suis trés impliquée. »

Au delà de ce témoignage trés révèlateur sur le cheminement personnel vers la collection numismatique, il est intéressant de constater que nos amis américains sont particulièrement soucieux du problème du renouvellement des générations de collectionneurs, puisque cet interview a eu lieu lors d’un séminaire junior de l’ANA, l’American Numismatic Association.

C’est en effet fondamental pour notre hobby car, même si vous possédez des pièces rares, elles risquent de n’avoir à terme aucune valeur s’il n’ y a plus de collectionneurs prêt à mettre le prix pour les acquérir.

Aux Etats Unis, les professionnels et la plus grosse association numismatique, l’ANA (40 000 membres), en ont pris conscience et agissent en conséquence.

Et en Europe? En France? Rien…

Source: COIN WORLD.

Production prévisionnelle 2016 du BEP (Bureau of Engraving and Printing)

Le BEP ou Bureau of Engraving and printing de la Federal Reserve (BCN des USA) a rendu public la production prévisionnelle de billets de banques US pour 2016.

597_Ph1089_2

Etablissement de la BEP à Washington (crédits photo BEP)

Elle devrait atteindre près de 7,6 milliards de billets et représenter une valeur de plus de 213,3 milliards $. La plupart des billets auront une valeur faciale de 1, 20  et 100 USD.

Les chiffres proviennent d’une commande approuvée par le Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale. Ils reflètent l’estimation de la FED concernant la demande nette de devises au cours de l’exercice 2016, qu’elle  émane de clients nationaux ou internationaux.

Le BEP fabrique les billets de la Réserve fédérale destiné à la circulation ainsi qu’un certain nombre de collectors destinés aux numismates.

150th Markup6_CSI_Outline

2009A1004_Sub_PPI

Deux articles numismatiques vendus par le BEP (crédits photo BEP)

La plus grosse partie de cette production est destinée à remplacer des billets endommagés qui ont été mis au rebut.

En effet, de nombreux billets de banque sont détruits chaque année parce que leur état ne remplit plus les critères pour les rendre éligibles au recyclage fiduciaire. Selon les estimations de la FED, environ 70% des nouveaux billets émis en 2016 seront des billets de « remplacement ».

En 2015, l’estimation du nombre de billets de remplacement avait augmenté jusqu’à 85% du contingent de billets neufs imprimé au cours  de l’exercice comptable du BEP.

Cette baisse s’explique selon certains responsables de la filière fiduciaire US par l’utilisation de nouveaux capteurs d’authentification et de reconditionnement des billets dans le processus de recyclage des billets. Cela a entraîné moins de destruction, le processus de tri étant plus affiné.

Le coût unitaire pour le BEP en matière de fabrication des billets varie selon la valeur faciale du billet de banque.

Selon les chiffres du gouvernement pour 2015, les coûts de production s’élèvent à:

– 4,9 cents pour les billets de 1 et 2 USD.
– 10,9 cents pour les billets de 5 USD.
– 10,3 cents pour les billets de 10 USD.
– 10,5 cents pour les billets de 20  et 50 USD.
– 12,3 cents pour les billets  de 100 USD.

640_IMG_1337_fs

Plaque d’impression de 50 billets de 1USD (crédits photo BEP)

La production estimée pour 2016 se répartit de la manière suivante entre les différentes valeurs faciales (en milliers d’unités):

2016 Federal Reserve Note Print Order

Denomination Number of Notes
(000s of pieces)
Dollar Value
(000s of dollars)
$1 2,425,600 $2,425,600
$2 179,200 $358,400
$5 819,200 $4,096,000
$10 480,000 $4,800,000
$20 1,939,200 $38,784,000
$50 224,000 $11,200,000
$100 1,516,800 $151,680,000
Total 7,584,000 $213,344,000

NDLR: répartition de la production de billets de banque 2016, par valeur faciale.

Le BEP dispose de deux imprimeries, l’une au Texas et l’autre dans le district de Columbia, à Washington.

Le BEP dispose également d’une boutique en ligne pour les collectionneurs.

Source: Coinnews.net

Surcharge légale « HAWAII » sur les billets américains

hawaii

Billet de 10 USD surchargé « HAWAII » – (crédits photo: Museum américain de la Finance/ collection Mark R. SHENKMAN)

Au début de 1942, le gouvernement des États-Unis a commencé à émettre une série spéciale de billets sur mesure pour un seul des 50 États: Hawaii. Le revers de chacun de ces billets présentait une seule différence notable avec les billets classiques émis par les Etats-Unis: le mot « Hawaii » a été estampillé en lettres majuscules. De même, la couleur brune avait remplacé la couleur verte ou bleue habituelle. Enfin, le HAWAII figurait en petites inscriptions verticales sur le revers de ces billets.

Pourquoi prendre une telle mesure?

Celle-ci a été arrêté en 1942, peu de temps après Pearl Harbor.

Ces billets ont été imprimés en urgence et l’idée était de pouvoir identifier immédiatement ces coupures et de dévaluer/démonétiser la monnaie de l’État d’HAWAII, en cas d’invasion japonaise. Ces coupures seraient alors  sans valeur pour le potentiel occupant japonais, qui n’aurait ainsi pas pu les utiliser contre les intérêts même des USA.

C’est l’établissement de la FED (réserve fédérale) de San Francisco qui a imprimé ces billets car HAWAII relevait de la compétence territoriale de cet établissement dans l’organisation de l’époque de la FED.

A travers une simple émission numismatique, on voit quel a été le traumatisme causé par l’attaque de Pearl Harbor, en décembre 1941, pour les USA. Quelques mois après l’attaque, les dirigeants américains estimaient que l’invasion de l’ile d’HAWAII restait plus que d’actualité!

Source: Museum Américain de la Finance.

Un billet de 5 USD, qui en vaut… 5000!

five-dollar-1902-blue-seal-national-bank-note

Billet émis par la banque de Prairie City ( crédit photo Antiquemoney.com)

Dans quel cas un billet de 5 USD vaut 5000 USD?

Quand il a été imprimé il y a plus  de 100 ans, pour une banque de Prairie City (USA), la National Bank.

En 1963, Gary Latimer, natif de la région de Monterrey en Californie, vidait le coffre  de son défunt grand-oncle quand il a découvert ce billet de 5 USD. L’oncle de Latimer était de la région de BEND.

Le billet est daté de 1902 et il porte la signature du président de la banque, FW PEET,  et du caissier DE HUGHES.

Quelqu’un a alors  offert à Latimer 10 USD peu après cette découverte, mais il a décidé de la conserver. Il avait alors 23 ans.

Latimer a redécouvert le billet de banque en 2015 et constaté que ce dernier valait environ 5000 USD.

Selon la société MANNING/GARRETT, il n’y avait pas beaucoup de billets de ce type.
Pour rappel, les billets nationaux pouvaient être émis par une banque aux USA entre 1863 et 1935, aussi longtemps que cette banque était liée par une convention avec avec le gouvernement fédéral. Il y avait alors 12 635 banques qui ont choisi d’émettre leurs propres billets de banques. Ceux ci avaient cours légal partout sur le territoire américain.

L’Oregon comptait seulement 127 banques nationales dans 72 villes différentes. Les billets ont été imprimés à Washington DC, puis envoyés aux banques locales où ils ont été signés par le caissier et président de chaque banque.

L’argent a été ensuite distribué dans toute la ville et au-delà.

Si une personne est entrée dans la banque locale de Prairie City en 1910, avec un chèque de 15 USD, elle  était susceptible de recevoir trois billets de 5 dollars émis par la First National Bank de Prairie City.

Parce que ces billets faisaient partie  de la vie quotidienne et qu’ils étaient en conséquence très bien acceptés par la population, très peu de personnes ont eu le soucis de conserver ces billets.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux sont extrêmement rares.

Les billets les plus recherchés sont ceux émis pour le compte de petites banques communautaires, comme la National Bank de Prairie City.

En 1928, lorsque le dollar a adopté les dimensions des billets actuels, beaucoup de particuliers se sont débarrassé de ces coupures environ 40 pour cent plus grandes que celles d’ aujourd’hui.

Car lorsque la monnaie de papier a changé de taille, les gens ont fait de leur mieux pour se débarrasser des coupures  surdimensionnées, craignant une dévaluation.

Mais celle-ci n’eut jamais lieu.

Source: Blue Mountain Eagle.

Quand les coupes budgétaires touchent les émissions numismatiques…

Beth-032315_MergedSet numismatique en qualité  UNC de l’US MINT

 

Les nouveaux collectionneurs sont souvent intrigués par le fait que l’US Mint n’a pas produit de sets FDC au titre des années 1982 et 1983.

Cela est du à des réductions budgétaires ordonnées par le président Reagan, peu après sa prestation de serment, en Janvier 1981.

En Avril 1981, la secrétaire au trésor Angela Buchanan déclarait aux membres du Congrès que, pour répondre aux directives présidentielles, elle prévoyait une réduction de l’effectif  de l’US mint de 179 postes à temps plein dans le budget 1982.

En conséquence, il a été décidé d’abandonner la production de l’un des produits les plus populaires de la Monnaie, à savoir les séries FDC annuelles contenant des exemplaires de chaque pièce de monnaie frappées pour la circulation, à compter de 1982.

Les collectionneurs ont immédiatement remis en question cette décision politique. Les ventes de ces sets avaient en effet régulièrement augmenté dans le temps atteignant,  en 1977 et pour la première fois, le seuil de 2 millions de sets.

Selon la doctrine Reagan, le secteur privé pourrait répondre de manière plus efficace et moins cher aux besoins des collectionneurs que les agences gouvernementales.

Le  Mint Directeur d’alors, Alan J. Goldman, se référant à la doctrine REAGAN, avait seulement indiqué: «Je pense que ça vaut la peine de simplement laisser la nature suivre son cours et de voir si ce est vrai, en fait, ou non. « 

Dans la réalité, les entreprises privées  ne relevèrent pas le défi et les sets privés et customisés peuvent être trouvés dans une variété importante d’emballages avec des écarts de qualité de frappe considérables par rapport à la qualité de frappe des séries qui étaient produites jusqu’alors par l’US Mint. Les prix de ces collectors n’ étaient, de toute manière, pas inférieurs à ceux pratiqués par l’US Mint, contrairement aux préconisations  de la doctrine REAGAN.

Aussi, face à cet échec, le Congrès a restauré les sets FDC dés 1984.

Source:  site magazine Coinworld (traduction CNA).

Vente historique SOTHEBY’S du 19/05/2015

cq5dam.thumbnail.319.3191

Dans son monday morning brief de cette semaine, Steve ROACH, rédacteur en chef de Coin World, annonce une vente exceptionnelle chez SOTHEBY’S le 19/05/2015. Il s’agit de la première vente (plusieurs sont en effet prévues) d’une partie des 650 pièces de la collection POGUES. Cette collection est une des plus prestigieuses connues à ce jour et cela constituera un des événements majeurs de la numismatique américaine de 2015.

Le catalogue de la vente peut être consulté sur le site de SOTHEBY’S.

Source: Magazine Coin World.