DELARUE a du verser plus de 13 millions de livres sterling à la Banque Centrale Indienne en 2014

220px-De_La_Rue_-_Logo

Après l’imprimeur allemand Giesecke et Devrient, c’est au tour de l’anglais De La Rue de connaître des difficultés financières.

Retour à l’été 2010 lorsque De La Rue a admis  «des irrégularités de qualité  de production » dans son imprimerie d’Overton et a lancé une grande enquête interne sur les causes de ces dysfonctionnements.

Le scandale avait entraîné le départ du PDG de l’ époque,  Monsieur Hussey.

5 ans plus tard, le groupe anglais reconnait avoir vu sa responsabilité contractuelle mise en cause par le client lésé. Bien que l’imprimeur n’ait pas dévoilé l’identité du client, il semble qu’il s’agisse de la banque centrale indienne.

Le groupe a annoncé que le non respect des ses obligations de performance entraînait le versement d’une indemnité au client de 13,5 millions de livres sterling, comptablement enregistrée en charge exceptionnelle.

Par ailleurs, De La Rue avait déjà subi des coûts exceptionnels à hauteur de 29,7 Millions de livres sterling sur ce marché, correspondant à des frais juridiques pour 3,5 Millions de livres sterling et des frais techniques et de production supplémentaires pour 19,9 Millions de livres sterling.

Le coût total pour le groupe, à ce jour, y compris la garantie de bonne exécution, a maintenant atteint 43,2 Millions de livres sterling.

 Selon la presse locale, l’imprimeur anglais a proposé un départ volontaire à environ 40 employés de son usine d’Overton.  La société a également vendu des terrains nus sur le site pour 9,6 Millions de livres sterling, ce qui se traduira par un gain exceptionnel d’environ £ 9m.

Les salariés craignent même la prochaine  fermeture du site de production qui emploie environ 500 salariés.

Pour les collectionneurs de billets euros, cette fermeture d’usine serait sans incidence puisque les sites De La Rue agréés par la BCE pour imprimer des billets euros sont les sites de Westhoughton et de Gateshead. De toute manière, aucune usine du groupe De la Rue n’a encore produit une émission de billets euros.

Contrairement à la fermeture du site de Munich de GetD, la fermeture du site anglais ne devrait pas se traduire par la disparition d’une lettre d’imprimeur dans la nomenclature de la seconde série d’euro-billets (ES2).

banner-1

Source: Printweek.

Publicités

La Royal mint offre des pennies en argent

La Monnaie royale entend faire don d’un penny d’argent à 2015 bébés nés le même jour que le nouveau bébé royal.

Les pennies offerts seront au millésime de leur année de naissance.

Un porte-parole de la Monnaie royale basée à Llantrisant a déclaré que le geste est conforme à  « la tradition séculaire qui consiste à marquer une nouvelle naissance avec un cadeau en argent, en gage de bonne fortune ».

Les parents des nouveau-nés qui ont vu le jour à la même date que la nouvelle princesse devront enregistrer la naissance de leur enfant sur la page Facebook de la Monnaie royale dans les 60 jours afin de recevoir le cadeau commémoratif prévu par la monnaie royale.

_L_UK15LPEN_02

Silver penny 2015 (crédits photo royal mint)

Source: BBC World.

Nouveau portrait de la Reine Elysabeth II sur les pièces anglaises

263C4C9400000578-2975444-image-a-2_1425294024820

Le premier portrait de la reine Elysabeth II  est apparu sur une pièce de monnaie en 1953, suite à son accession au trône et il avait été conçu par Mary Gillick.

Il montrait un jeune femme juvénile, portant simplement une couronne de feuillage.

Tout cela a changé quand un nouveau portrait a été mis en circulation en Avril 1968. Il montrait une vision plus sévère  de la reine, arborant le diadème George IV.

En 1985 une nouveau portrait fut adopté,  dessiné par  Raphaël Maklouf. Il a de nouveau montré la monarque portant le diadème George IV.

Pour le quatrième portrait de pièce de la Reine adopté en 1997, Elysabeth II a choisi de porter la tiare des filles d’Angleterre.
Celle-ci avait a été réalisé pour la reine Mary, à l’occasion de son mariage en 1893. Elle compte 13 diamants. Cette tiare a été portée notamment par la reine lors de la cérémonie de son mariage avec  le duc d’Edimbourg, en Novembre 1947.

263BEA2A00000578-2975444-image-a-16_1425294264029

Nouveau portrait de la Reine d’Angleterre

Le nouveau portrait 2015, dessiné par Jody CLARK, un designer de seulement 34 ans,  représente la reine de profil avec de nouveau le diadème Georges IV ainsi qu’une paire de boucles  d’oreille. Le diadème est orné de 1 333 diamants et 169 perles.

263BEA2100000578-2975444-image-m-17_1425294330717

Jody CLARK, designer du nouveau profil numismatique royal

Les pièces ornées du nouveau portrait royal devraient être mises en circulation dés 2015.

Source: Mail on line

Billet commémoratif de 5 Livres émis par la Banque Royale d’Ecosse.

La Grande-Bretagne a émis, une nouvelle fois,  un billet commémoratif de circulation.

GIESECKE ET DEVRIENT précise:

« Pour son 40e anniversaire, la Ryder Cup revient en Écosse pour la première fois en plus de 40 ans. Le prestigieux tournoi de golf aura lieu en septembre sur le terrain de golf Gleneagles à Perthshire, Écosse.

Avec près de 700 agences, la Royal Bank of Scotland propose ses services bancaires partout au Royaume-Uni et en Irlande.

Lorsque la Royal Bank of Scotland a été choisie par la Ryder Cup Europe pour émettre le tout premier billet de banque commémoratif de l’histoire de la Ryder Cup Europe, c’est vers G&D qu’elle s’est tournée pour imprimer ce billet prestigieux. G&D combine une profonde compréhension de l’esthétique et de la conception artistique à l’expertise technologique nécessaire pour intégrer les dernières caractéristiques de sécurité de pointe dans le processus de conception et d’impression. Le billet de la Ryder Cup est la preuve que, avec G&D, la RBS a choisi le bon partenaire.

Dans sa conception, cette édition spéciale du billet de 5 livres sterling conjugue à la perfection des éléments traditionnels de la Ryder Cup avec des caractéristiques de sécurité à la fois exhaustives et innovantes. Il a été conçu et développé par la RBS dans le cadre de son engagement constant au côté du golf écossais. Le billet de la Ryder Cup sera également le premier à porter la signature du PDG Ross McEwan, ce qui en fait un objet de collection. »

total_vs_POPUP_LARGE

« Sur le recto, le billet comporte de nombreux éléments visuels utilisés traditionnellement par la RBS. Le filigrane montre un portrait du premier gouverneur d’Écosse, Lord llay. Le trophée de la Ryder Cup figure en bonne place sur le recto. Pour accentuer encore la conception artistique originale du portrait et des guillochis de sécurité, créés au départ par gravure à la main, le billet a bénéficié du processus de création de billet fitaglio 2.0.

L’impression Intaglio donne aux billets de banque une apparence de haute qualité et leur confère une texture unique, reconnaissable au toucher. Cette technique d’impression traditionnelle se caractérise par des couleurs riches et éclatantes, des portraits saisissants et un gaufrage type relief. Elle rend les billets de banque à la fois infalsifiables et visuellement attrayants. Dans les guillochis a été intégrée l’image latente d’un chiffre « 5 », avec une vraie inversion numérique de l’image. Elle est placée directement dans le modèle Intaglio par gravure haute résolution, puis gaufrée sur le papier du billet. »

total_rs_POPUP_LARGE

« Sur le verso du billet de la Ryder Cup figure le paysage du Gleneagles PGA Centenary Course, avec une grande représentation bien détaillée de la Ryder Cup. La composition bien équilibrée des motifs correspond au design du recto, mais sait aussi s’en affranchir par une composition artistique moderne et une large gamme de couleurs. Ainsi, chaque côté du billet est unique et délivre un message spécifique.

Le substrat des billets reflète lui aussi l’idée du mariage de la tradition et d’éléments modernes: c’est le premier en Europe à être imprimé avec HybridTM de Louisenthal, une âme en papier protégée par un film polymère. Non seulement des caractéristiques de sécurité reconnues sont intégrées au substrat, mais en plus le polymère augmente la durée de vie du billet tout en conservant le toucher des billets en papier grâce à une âme traditionnelle en fibre de coton. »

Certains esprits chagrins regretteront l’émission d’un billet qui commémore un événement sportif et l’entreprise privée qui l’organise. Pour notre part nous regretterons plutôt la vision réductrice des instances monétaires européennes qui ne voient au travers des billets de banque qu’un moyen de paiement déshumanisé et aseptisé au dernier degrés. Un responsable de la banque centrale néerlandaise nous avait indiqué considérer un billet commémoratif comme très coûteux et cela lui semblait correspondre à un usage monétaire obsolète.

Inutile de dire qu’avec cette manière de voir, des billets commémoratifs de 5€ ne sont pas prêts d’être mis en circulation en Europe!

Source: Site de GIESECKE ET DEVRIENT