Un ONNI à identifier (obtenu à partir d’une pièce italienne de 20 centesimi 1923)!

Nous vous présentons un ONNI (objet numismatique non identifié). Plusieurs membres du club interrogés ont avancé des hypothèses mais sans aucune certitude.

20160222_093314

Cette pièce italienne de 20 centesimi 1923 a été manifestement « bricolée », mais dans quel but?

Si vous avez une réponse, n’hésitez pas à nous contacter.

Source: Bureau du CNA

une pièce d’un cent valant 2500€…

centesimomole-2

La plus petite petite coupure circulante européenne pourrait vous rendre  « riche ».

Selon le journal web italien « TODAY », on trouve sur le marché numismatique depuis peu quelques unes des 7 000 pièces d’un cent frappées sur un flan de 2 cents avec la Mole Antonelliana figurant au verso de celle-ci, au lieu du Castel del Monte qui figure, lui, au revers de la pièce de 2 cents italienne. Ce château est situé dans les Pouilles et date du XIII ème siècle.

280px-Castel_Del_Monte_June1997

Castel del Monte – région des Pouilles (crédits photos wikipedia)

Dans la langue des spécialistes des monnaies fautées, cet exemplaire est répertorié dans la catégorie des « erreurs de flan » puisque l’erreur porte sur les deux faces de la coupure. Le revers et l’avers de la pièce d’un cent ont été frappés sur un flan de 2 cents.

Le journal italien avance une valeur de 2500€ pour une telle pièce.

Cependant la valeur de cette fautée avancée par le journal italien nous semble très élevée,  surtout si l’on tient compte du fait que le marché des fautées est un marché de niche et qu’il existe potentiellement 7 000 exemplaires de ce type. La valeur de marché d’une telle pièce devrait plutôt se situer entre… 150 et 200€ chez un professionnel.

Mole_Antonelliana_Torino

Mole Antonelliana Torino (crédits photos Livio andronico – 2013)

Source: TODAY (it).

Le paradoxe italien du billet de 500€

Depuis 2010, 12 millions de billets de 500 euros ont été mis en circulation par la banque centrale italienne. Mais les Italiens ont déposé huit fois plus de ces fameuses coupures sur leurs comptes en banque. L’Italie s’approvisionne donc en billets de 500€ auprès des autres pays de la zone euro.

La ruée vers les banques a commencé réellement à partir de 2012, a constaté la Banque d’Italie. Cette année-là, le gouvernement de Mario Monti avait fait voter une loi interdisant de payer en liquide des achats de plus de 1 000 euros. Les versements de billets de 500 euros sont passés de 4,2 milliards d’euros en 2011 à 10 milliards en 2012.

Cette mesure n’avait en effet pas seulement déplu aux magasins milanais ou romains de luxe, mais aussi à tous ceux qui ont de l’argent sale à blanchir ou des fonds à cacher au fisc. « Les plus grosses coupures restent la monnaie d’élection du recyclage d’argent sale et du paiement des pots-de-vin », explique ainsi à « La Repubblica » Nello Rossi, procureur adjoint de Rome.

Les données de 2014 ne sont en fait qu’une confirmation de ce que les banquiers centraux italiens soupçonnent depuis des années. En 2011, ils avaient officiellement plaidé, dans un rapport, pour l’abolition du billet de 500 euros car « il permet de transporter facilement des grandes quantités d’argent [sans se faire remarquer, NDLR] d’un pays à l’autre, comme, par exemple, de l’Italie à la Suisse ».

Cette inflation de grosses coupures rappelle l’importance de l’économie souterraine en Italie et des milliards d’euros qui sont ainsi soustraits à toute taxation. En 2010, plus de 250 milliards d’euros échappaient à la vigilance du fisc, d’après les statistiques officielles. Des montants qui, en 2014, auraient atteint 300 milliards d’euros, d’après les travaux du spécialiste autrichien de l’économie souterraine Friedrich Schneider, cités par le quotidien allemand « Die Welt ».

Les gouvernements successifs ont pourtant essayé de limiter la circulation de ces billets de 500 euros. Outre l’interdiction des paiements en liquide supérieurs à 1 000 euros, ils ont aussi imposé aux banques de déclarer tout versement supérieur à 15 000 euros. Mais la faiblesse de l’amende encourrue (40 000 euros maximum) en cas de manquement à cette obligation n’a pas poussé les banques à faire état de tous les dépôts suspects.

Si le blanchiment de l’argent du trafic de drogue par les mafias italiennes est souvent cité comme la principale manne de cette économie souterraine, le détail des données de la Banque d’Italie semblent indiquer un autre responsable.

Les principales régions frappées par l’inflation des versements de gros billets sont celles, plus riches, du nord de l’Italie alors que la Sicile, la Calabre et la Campanie (où la Mafia, la ‘Ndrangheta et la Camorra sont particulièrement actives) n’ont pas connu d’évolution similaire.

Il se pourrait donc que cette « anomalie » économique vienne plutôt de l’envie des entreprises exportatrices de cacher une partie de leurs profits au fisc.

A noter que dans certains pays, pas forcement au sein de la zone euro d’ailleurs, le billet de 500€ peut s’échanger pour une valeur supérieure à sa valeur faciale. On constate parfois un « cost plus » compris entre 1 et 3% de la valeur faciale du billet.

130415-italie-euro-m

Source: France 24.

La police italienne fait une descente chez un faux monnayeur

nocs

Le journal allemand Die Welt publie une video de la police italienne relative à une descente chez un faux monnayeur.

L’Italie abrite un certain nombre d’ateliers clandestins de fabrication de faux billets. Selon certains journalistes, des contre-façons du nouveau billet de 10€ seraient déjà en circulation.

Cette situation peut, notamment, s’expliquer par le fait que la fabrication de faux billets en Italie est un délit du point de vue du  droit pénal alors que dans d’autres Etats comme la France cette pratique constitue un crime. L’Etat italien est donc moins répressif que ses voisins.

Les forces de police européennes découvrent d’ailleurs qu’une nouvelle forme de tourisme se développe en Italie. Des résidents d’autres pays européens font en effet le voyage afin d’acquérir des liasses de faux billets qui seront ensuite mis en circulation dans leur pays d’origine avec l’espoir d’un gain substantiel.

Source: Die WELT.