Euros d’Andorre, Jordi CINCA hausse le ton.

0-Cinca

Jordi CINCA, ministre des Finances auto-congratulé pour la distribution des premiers euros d’Andorre

« Le ministre des Finances a expliqué que le gouvernement reprendra dans les prochaines semaines la distribution internationale des euros andorrans réservés au marché des collectionneurs. Jordi Cinca ne comprend pas la plainte du numismate professionnel européen accusant Andorre d’ encourager le développement du marché noir.
La circulation des premières séries d’euros d’Andorre a provoqué une fièvre spéculative. Cela a incité le gouvernement à suspendre la distribution du contingent de pièces en euros pour les collectionneurs européens non résidents. Il resterait 35.000 sets pour collectionneurs à distribuer, selon les autorités andorranes.
J. Cinca a rappelé qu’ en anticipant une forte demande internationale, Andorre a décidé de distribuer 10 fois plus d’euros pour les collectionneurs que d’autres pays européens.
Le gouvernement reconnaît avoir reçu de nombreuses demandes concernant la répartition des euros andorrans.

Le ministre CINCA a décrit comme exemplaire le passage à l’euro de la principauté et la distribution des coupures euros andorranes.

En 2016 Andorre émettra 2,8 millions de pièces, dont 80% au moins seront destinées à la circulation et non à la collection (interview de J.CINCA, voir ici).

Le ministre des Finances, Jordi Cinca, prétend que cette action de marchands et collectionneurs européens repose sur des causes politiques et non pas numismatiques… « Il existe des personnes qui saisissent toutes les occasions de faire du mal Andorre ».

J.Cinca affirme également que l’UE est consciente des problèmes que le pays a rencontré dans le processus de distribution et a validé les mesures prises pour les résoudre.
Le collectif de marchands et collectionneurs européens affirme que l’Andorre a encouragé un développement du marché noir qui a causé un manque à gagner pour les professionnels de la numismatique. Un fait qui donne de nouveau à Andorre une mauvaise image internationale.

Le ministre des Finances ne considère pas du tout ces attaques comme fortuites .

En fait, l’Union européenne suit de près le développement de l’accord et monétaire et l’ aspects concernant  la distribution des euros andorrans.

Ayant reconnu le problème, le ministre a dit que celui-ci était réglé (reportage TV Andorra, voir ici). »

*********

Pour ce qui concerne le CNA, nous ne poursuivons aucun but politique et en tant que numismates européens, nous nous réjouissons de l’adoption de l’euro comme monnaie unique par tout nouveau pays. Maintenant, le ministre CINCA a peut être la mémoire courte. Nous lui rappellerons simplement que les autorités d’Andorre avaient mis en place un module d’inscription destiné notamment aux collectionneurs européens non résidents afin d’obtenir les futurs euros d’Andorre au prix d’émission (et non au prix du marché trop marqué par la spéculation). Beaucoup se sont inscrits, mais pour rien. En effet, le Mint d’Andorre n’a finalement  pas vendu directement aux particuliers non résidents et préfère recourir au mode de distribution « à la monégasque », c’est à dire via quelques revendeurs privilègiés qui ont « pignon sur rue ».

Si l’on reprend l’exemple monégasque, la dernière pièce de 2€ commémorative 2015 est ainsi une émission entièrement réservée aux collectionneurs. Le prix d’émission du Musée du Timbre pour les collectionneurs qui se sont rendus sur place le week-end dernier est autour de 100€. Le prix de marché, suite à l’épuisement du contingent de monnaies vendues directement par le musée, se situe autour de 800-900 euros. Pour une pièce de 2€ de valeur faciale…

La principauté d’Andorre compte manifestement adopter cette politique de distribution pour les coupures euros qu’elle émet.

Et le ministre CINCA s’étonne que la frustration et la colère des collectionneurs, mis ainsi en coupe réglée au delà de leurs capacités financières (NDLR:le budget annuel dédié à la collection chez un euro-collectionneur est de moins de 500€ par an), se retournent contre la principauté…Manque de clairvoyance?

Comme nous aimons à le rappeler, un collectionneur de l’euro est avant tout un prescripteur de la monnaie unique et de l’Europe.

Compte tenu de la récente actualité, l’Europe peut elle se permettre de  se mettre à dos une frange de la population qui lui était acquise? La question mérite d’être posée. Car même si la question de l’euro de collection peut être considérée comme futile pour beaucoup, il s’agit de l’euro tout de même, symbole premier de la construction européenne…

Source: TV Andorra.

Publicités

Précisions du gouvernement andorran

FITXA_TECNICA

Dans un édit daté du 11/03/2015, le gouvernement andorran a tenu à préciser les prix du BU annuel de la principauté.

– Le prix public recommandé est de 24€ TTC (conformément à ce que nous vous avions indiqué).

– le prix de vente aux professionnels de la numismatique (au moins pour les trois répertoriés officiellement dans la principauté) est de 19,2€ TTC.

Nous remarquons juste que selon les dernières informations du journal Diari d’Andorra 25 000 BU environ ont été vendus sur 70 000 exemplaires.

L’allocation initiale de chaque vendeur andorran était de 5 000 unités, soit un total de 15 000 unités pour les professionnels d’Andorre.

La question reste de savoir qui a acquis les 10 000 unités d’écart.

La population locale et les touristes numismates, profitant d’un effet d’aubaine, ont certainement acquis des coffrets BU (pour les revendre ou non), mais ils n’ont certainement pas acheté la totalité des 10 000 coffrets.

Il y a des professionnels non résidents de la principauté qui ont certainement acquis des coffrets directement. Ce n’est pas choquant en soi tant qu’un volume relatif  de coffrets est disponible à la vente  sur place et à distance.

Or, on attend toujours la mise en place d’un module de commande sur le site du Servei d’Emission pour les collectionneurs européens non résidents. N’oublions pas qu’un collectionneur est un prescripteur de la numismatique de l’euro mais aussi et avant tout de l’Europe…

Source: Gouvernement andorran.