Pièce de 2€ commémorative 2017 RODIN

17-2oe%c2%bc-rodin-face

2€ commémorative RODIN 2017 dessinée par J. JIMENEZ

La Monnaie de Paris annonce la sortie de la 2€ commémorative circulante RODIN pour la mi-février.

Cette annonce concerne la commercialisation des pièces BU et BE.

Aucune indication n’a été donnée pour la 2€ en qualité UNC.

Les versions BU et BE seront émises à hauteur de 10  000 exemplaires chacune.

La version UNC sera émise à hauteur de 10 000 000 exemplaires.

220px-joaquin_jimenez

J. JIMENEZ dans son atelier (source: WIKIPEDIA)

Source: Monnaie de Paris.

La Monnaie de Paris bientôt à vendre?

10931104_10152723995411871_1370121443909680404_n

Hall de la Monnaie de PARIS

Dans un article du magazine CHALLENGES (article du 13/07/2016), nous avons découvert que la Monnaie de Paris pourrait très prochainement être transformée en société anonyme à capital public.

Cette information pourrait sembler relativement anodine dans un premier temps. Elle l’est toutefois beucoup moins si l’on considère l’environnement économique de la MDP, c’est à dire le  secteur économique de la frappe de Monnaie.

En Europe, tous les experts s’accordent pour dire qu’il y a une surcapacité de production au niveau des instituts de frappe monétaire. La concurrence est vive et cela conduit même certains instituts, pourtant à capital public, à frapper des monnaies pour des marchés exports en deçà de leur prix de revient, seule solution pour obtenir ces nouveaux marchés. C’est ce que la MDP a notamment reproché à la Monnaie de Finlande.

Par ailleurs, la Monnaie des Pays-Bas est à vendre depuis le début de l’année 2016. Pour le moment aucune information n’a filtré sur un éventuel repreneur.

Aussi peut on s’interroger sur ce nouveau changement de statut envisagé pour la Monnaie de Paris. Ce n’est pour le moment qu’un projet. Rien n’a été publié au journal officiel, en tout cas, sur ce sujet.

Ce nouveau statut permettrait en tout cas à  l’Etat de se désengager de ce secteur d’activité en vendant la société, nouvellement constituée,  à terme, à un investisseur privé.

Cette nouvelle modification de  statut de la MDP intervient moins de 10 ans après la transformation de l’Administration des Monnaies en EPIC, survenue en 2007.

Si la privatisation de la MDP se confirmait, cela poserait beaucoup d’autres questions, numismatiques ou non.

Nous reviendrons sur ce sujet au fur et à mesure de son évolution.

Source: CHALLENGES.

Europa star 2016: Yves Saint Laurent

La Monnaie de Paris fusionne les deux séries Europa et Europa Star.

La première série de pièces, au millésime 2016,  est dédiée à Yves Saint Laurent avec quatre coupures en or et une en argent.

La pièce en argent émise à hauteur de 10 000 exemplaires est une pièce colorisée. Sur l’avers, la MDP a représenté la robe emblématique d’YSL avec l’imprimé Mondrian, inspiré par une des toiles du peintre.

Toutes ces pièces ont un revers commun représentant une étoile à cinq branche.

DESSIN 16 EUROPA STAR 50Ôé¼ 1#4 oz Or Revers BD

DESSIN 16 EUROPA STAR 50Ôé¼ 1#4 oz Or BE Face BD

DESSIN 16 EUROPA STAR 10Ôé¼ AG BE Revers BD

DESSIN 16 EUROPA STAR 10Ôé¼ AG BE face BD

Source: Monnaie de Paris.

Christophe BEAUX candidat à la présidence de France Television?

christophe-beaux

C. BEAUX, futur PDG de France Télévision?

Le site Atlantico l’a rappelé dans un article récent, christophe BEAUX, CEO de la Monnaie de Paris,  est un des candidats potentiels à la succession de R. PFIMLIN à la tête du groupe France Télévision.

Il convient de rappeler que C. BEAUX est déjà administrateur du groupe, membre indépendant (il ne fait pas partie de la parité représentant l’Etat) du conseil d’administration de France Télévision.

Les dossiers de candidature sont à déposer à compter du 09 mars 2015 et jusqu’au 26 mars 2015.

Pour ce qui nous concerne, le départ éventuel de C. BEAUX serait peut être l’occasion de recentrer la MDP sur son coeur de métier en choisissant le successeur de l’actuel PDG dans le sérail de la numismatique. Pourquoi pas un responsable ou ancien responsable du cabinet des monnaies et médailles de la BNF, par exemple?

Dov ZERAH avait pour lettre de mission la réforme de la MDP et la réduction du nombre de salariés de la Monnaie. C.BEAUX avait en charge la mise en place et le bon déroulement du projet Métalmorphose. Son successeur pourrait avoir comme mission le redéploiement de l’activité industrielle de la Monnaie de Paris.

Nous l’avons déjà indiqué ici et nous ne sommes pas les seuls (cf l’excellent article de Marielle de CGB.fr). La Monnaie d’Autriche et la Monnaie du CANADA enregistrent des chiffres d’affaires records alors que la numismatique connait un « passage à vide », notamment le secteur de l’euro de collection.

La Monnaie d’Autriche s’est spécialisée dans les « Bullion coins » pour le marché international tandis que la Monnaie du CANADA se transforme peu à peu en organisme financier et propose à ses clients des produits or ou argent « papier », garantis sur le stock d’or et d’argent détenu par elle même. Entre les deux, il doit bien exister une place pour la Monnaie de Paris!

Pour mémoire, la Monnaie d’Autriche a frappé pour plus de 260M d’euros de pièces d’investissement en argent en 2013 (rapport annuel de la Monnaie d’Autriche 2013), soit un montant supérieur, pour une seule famille de produits, au chiffre d’affaires annuel global de la monnaie de Paris au titre de la même période.

Source: Site Atlantico.

Interview de Christophe BEAUX dans le journal « Les ECHOS » du 24/01/2014

Image

Monnaie de Paris – quai CONTI

« On parle de la « Monnaie de Pessac » tellement l’usine de la Monnaie de Paris, qui fête son cinquantième anniversaire dans la banlieue de Bordeaux, fait partie du paysage. Pour garantir son avenir, l’institution, née il y a 1.150 ans sous le règne du roi Charles le Chauve, et qui emploie 300 personnes à Paris et 200 à Pessac, doit pourtant se trouver de nouveaux marchés. Car, si l’institution exerce pour l’Etat la mission régalienne de frappe des pièces, elle est en concurrence pour d’autres activités. Comme celle remportée par appel d’offres pour entreposer une partie des euros fabriqués pour la Banque de France et qui a nécessité un investissement de 1 million d’euros dans un nouvel entrepôt de 600 mètres carrés permettant de stocker 800 millions de pièces. Une activité que le PDG de la Monnaie de Paris, Christophe Beaux, songe déjà à développer pour l’étranger :  « Pour des questions de rentabilité, nous fabriquons en très grands volumes, alors que les Etats n’ont pas forcément besoin d’autant de pièces en même temps. Surtout ceux dont les territoires connaissent des problèmes de sécurité. »

L’exigence de se diversifier est liée à la baisse de l’activité. L’usine de Pessac, qui a produit jusqu’à 3 milliards de pièces par an avec 400 personnes, n’en fabriquait plus que 1,5 milliard l’an dernier.  « Nous avons l’obligation de trouver de nouveaux marchés pour préserver l’emploi », explique Christophe Beaux. A Pessac, l’institution qui a employé jusqu’à 400 personnes a déjà prévu qu’une vingtaine de départs à la retraite ne seront pas remplacés d’ici à 2015.

Du Guatemala à l’Uruguay

Aujourd’hui, un quart des volumes frappés en Gironde prennent déjà la direction d’une quarantaine de pays comme le Guatemala, l’Uruguay ou le Bangladesh et la Monnaie de Paris réalise un tiers de son chiffre d’affaires de 60 millions d’euros à l’export. Mais si une Direction des monnaies courantes étrangères a été créée en 2010, elle doit faire face à une rude concurrence, provenant de pays ayant leur propre institution comme le Royaume-Uni, le Canada, la Finlande, le Japon et la Slovaquie.

La Monnaie a aussi ressorti une proposition, déjà repoussée en 2011 par la Banque centrale européenne, consistant à remplacer le billet de 5 euros par une pièce.  « Un billet a une durée de vie inférieure à 1 an, alors qu’une pièce est quasiment inusable. Une étude a montré qu’en remplaçant le billet de 5 euros par une pièce, l’Europe économiserait 10 milliards d’euros sur quarante ans », assure Christophe Beaux. »

Source: site du journal « les ECHOS ».