Arrondis des prix en Irlande et disparition programmée des pièces de 1 et 2 centimes irlandaises pour la circulation

141208 Infographic - Make your copper coins count (small)

Campagne publicitaire pour inciter les irlandais à utiliser leurs pièces de 1 et 2 cents (2014)

L’Irlande a émis plus de 2,5 milliards de pièces de 1 et 2 centimes depuis son passage à la monnaie unique le 01/01/2002.

Cela représente une valeur faciale cumulée de plus de 35 millions d’euros.

Or, jusqu’ à présent, l’Irlande a frappé en moyenne trois fois plus de pièces de 1 et 2 centimes que n’importe quel autre pays d’Europe. Les irlandais semblent encore plus prompts que leurs voisins européens à perdre ces pièces ou à les conserver dans des pots.

Pour l’Etat irlandais, le coût de remplacement était non négligeable puisque ces deux coupures ont un coût de fabrication supérieur où très proche de la valeur faciale de la coupure. La BCN irlandaise indique ainsi que la pièce de 1 cent et la pièce de 2 cents ont respectivement un coût de production pour les autorités irlandaises de 1.65 cent et 1.94 cent. Si l’on ajoute au coût de production de la pièce de 2 cent les différents coûts logistiques (frais de stockage – gardiennage – transports d’approches), le coût total de mise en circulation de la pièce de 2 cents est également supérieur à sa valeur faciale.

A compter du 28 octobre 2015, l’Irlande adopte un système d’arrondissement des prix pour les transactions en cash.

La BCN irlandaise rappelle que 6 pays appliquent une politique d’arrondi des prix de détail pour les transactions en cash. Parmi ceux-ci trois ont adopté l’euro. Il s’agit de la Belgique, de la Finlande et des Pays-Bas. Contrairement à la Finlande qui a légiféré pour imposer le principe de l’arrondis des prix de détail, l’Irlande et les deux autres pays précités ont opté sur un système reposant sur le volontariat. Si l’expérience belge en la matière est encore trop fraîche pour savoir si ce système a rencontré l’adhésion des usagers de l’euro, on peut en revanche s’attarder sur l’exemple néerlandais.

Depuis 2005, ce pays pratique l’arrondis des prix, sur la base du volontariat comme indiqué infra. Dans ces conditions, la KNM (mint des Pays BAs) adapte ses émissions de pièces de 1 et 2 cents aux besoins du système de paiement cash du pays. Or, on constate que depuis 2005, les pièces de 1 et 2 cents ne sont plus frappées pour la circulation mais seulement pour les collectionneurs ( « muntsrollpackets », coffrets annuels BU et BE). En revanche les contingents de frappes de pièces de 5 cents sont très élevés chaque année logiquement puisque les prix sont arrondis au multiple de 5 supérieur ou inférieur. On peut donc légitimement penser que le principe de l’arrondissement des prix a été adopté dans une large mesure aux Pays Bas et qu’il a rencontré l’adhésion de la population.

Peut on généraliser ce cas de système d’arrondis volontaire aux autres pays et à l’Irlande en particulier?

Il est encore trop tôt pour le dire. Toutefois, l’expérience menée à WEXFORD, sous le contrôle de la BNC irlandaise, semble démontrer l’adhésion des irlandais à l’arrondissement des prix (voir l’article dédié sur le blog du CNA).

En tant que collectionneur, cela nous amène à nous poser au moins deux questions:

  • la BCN irlandaise prévoit elle encore de produire des pièces de 1 et 2 cents pour la circulation?
  • Les sets monétaires annuels contiendront ils encore des pièces de 1 et 2 cents?

Ces questions ont été posées par le CNA à la BCN irlandaise qui nous a répondu ceci:

« 1- and 2- cent coins will continue to be produced by the Central Bank as required. These coins will remain legal tender, though we expect demand to fall sharply.
R.O.T.
Central Bank of Ireland »

Traduction (CNA):

« Les pièces de 1 et 2 cents continueront à être produite par la Banque centrale selon les besoins (du système de paiement en cash irlandais). Ces pièces auront toujours cours légal, même si nous prévoyons que la demande chute fortement dans le temps. »

A la lecture de cette réponse dont nous remercions les autorités irlandaises, on comprend bien deux choses:

  • de manière explicite la BCN irlandaise se place dans la même optique que la KNM néerlandaise. Elle alimente le système de paiement en cash selon la demande mais elle espère très clairement que la demande se tarira dans le temps. Au delà, on peut même imaginer que la demande résiduelle soit alimentée par des pièces frappées par d’autres états ayant un coût de fabrication unitaire plus faible.
  • de manière implicite, la BCN irlandaise indique que ces deux coupures euros ont toujours cours légal en Irlande. Donc, les coffrets numismatiques annuels qui contiennent la série de coupures euros qui a cours légal au titre d’une année devraient toujours contenir des pièces de 1 et 2 cents. Seule la démonétisation de ces deux monnaies, qui ne peut être qu’une décision européenne, pourrait entraîner leur disparition des coffrets numismatiques pour collectionneurs.

Enfin, si nous avions une recommandation à faire aux collectionneurs, ce serait de mettre de côté, s’ils en ont l’opportunité, des rouleaux ou des pièces UNC (càd en qualité « non circulée ») de 1 et 2 cents, car celles ci sont vouées de toute manière à disparaître un jour du système de paiement en cash européen.

Pour rappel, voici la dernière communication officielle concernant les tirages des pièces de 1 et 2 cents irlandaises depuis 2002 selon la BCN locale:

MINTAGE OF IRISH EURO COINS to 31 Dec 2013 (1)

Bonne chasse!

Fabrice ROLLAND.

Source: Bureau du CNA et Central Bank Of IRELAND (BCN irlandaise).