Interview de Claude JACQUELINE, co-auteur de l’ouvrage « Des rois et des monnaies, une histoire de France »

livre-sur-les-monnaies-royales-editions-errance

Ouvrage co-écrit par Claude JACQUELINE

Il y a quelques temps, le CNA vous avait informé de la parution d’un ouvrage consacré à la numismatique des rois de France, co-écrit par messieurs JACQUELINE et BERMOND.

Nous avons décidé d’interviewer l’un des auteurs de cet ouvrage.

Avant tout, Monsieur Claude JACQUELINE souhaite  insister sur le fait qu’il est coauteur de cet ouvrage avec Daniel BERMOND. Ce livre devait paraître en 2014 et a été retardé en raison de la disparition de celui-ci.  Son rôle a été de s’investir dans la partie historique, tout en se référant à la Numismatique, qu’il considérait comme une  des sciences les plus fiables et les plus précises du Passé, en raison  de ses témoignages tangibles indéniables.

Il n’a malheureusement pas pu voir son travail publié.

CNA: Pourquoi un ouvrage sur les monnayages royaux en France ?

Claude JACQUELINE: Ce n’est pas un ouvrage de référence ou de cotation. C’est un ouvrage de vulgarisation à la fois historique et Numismatique, qui associe, peut-être pour la première fois, sur une aussi longue période,  ces deux sciences distinctes et auxiliaires. « Des rois et des monnaies, une Histoire de France »  peut s’apparenter au livre de Jean BABELON «  Les monnaies racontent l’Histoire » paru en 1963 chez Fayard.  Par ailleurs, cette parution  est, en quelque sorte, une suite à l’ouvrage « Les empereurs de Rome » qui est paru en 2004, en coédition avec Christian GOUDINEAU,  professeur au collège de France également aux éditions errance.

CNA: Comment qualifier votre livre?

C.J: Etre numismate, ce n’est pas seulement remplir des cases d’un médaillier, pour constituer des séries, aligner  des types  monétaires courants ou  de qualité, sans se préoccuper du contexte dans lequel les monnaies ont été frappées et ont circulé.

Le livre nous fait revivre les grands moments de l’Histoire de France, où elles ont indirectement pris part. Pour la  Numismatique antique comme royale,  l’intérêt historique prime avant tout.

CNA:  Quelle est, selon vous, la série de pièces qui prédomine toute la période  couverte par votre ouvrage ?

C.J: En ce qui concerne la Numismatique royale française, il semble, que la réforme de 1640 est la plus importante avec la création du Louis d’or, du double louis et des émissions exceptionnelles, 4 , 8 et  10 louis, monnaies de prestige.

Les premières frappes monétaires effectuées au balancier, pour remplacer la frappe au marteau, (exécutées sous Henri II, puis abandonnées  aux seules frappes en cuivre jusqu’à Louis XIII), constituent également une époque charnière.

CNA: Quel est le souverain le plus marquant dans l’ouvrage ?

C.J: Tous les rois ont marqué leur époque. Du point de vue numismatique,  certains souverains se sont distingués par leurs grandes réformes tels que Louis IX (Saint Louis) avec l’introduction de la monnaie d’or (L’écu d’or ; vers 1270),  Louis XII avec l’apparition du portrait réaliste du roi sur le teston ou encore Louis XIII et la réforme de 1640.

En ce qui concerne, le témoignage iconographique, l’effigie au portrait de Charlemagne sur ses deniers comme empereur d’occident, constitue un témoignage historique indéniable.

CNA: Y-a-t-il un domaine particulier de la Numismatique  qui est abordé par votre ouvrage  et qui n’avait pas ou peu été traité jusqu’à aujourd’hui ?

C.J: En Numismatique, comme dans l’ouvrage, d’une manière générale, tout a été a abordé. Il y a encore de nombreux points non éclaircis, et dont on attend des réponses. Parmi les plus emblématiques,  l’énigme du louis à la corne de Louis XVI… Pour ma part, (non évoqué dans le livre), l’énigme de l’attribution des deniers tournois aux symboles séparatifs  au nom de « Louis » attribués soit  à Louis IX, soit à Louis  X le Hutin subsiste…

sans-titre

Agnel d’or sous Louis X, « le HUTIN » – 1315

CNA:  Pouvez-vous  nous livrer une ou deux découvertes que vous avez pu faire,  sur le plan numismatique ou historique, au cours de vos recherches ?

C.J: Nous nous sommes attacher à évoquer au plus près l’Histoire à travers la Numismatique. Cependant  il est impossible de rassembler de façon exhaustive  ces deux sciences en un seul ouvrage, surtout sur une aussi longue période.  Nous avons présenté des monnaies souvent d’une grande rareté, d’une grande qualité de conservation, à travers un texte érudit, original, agréable à lire, faisant référence à de nombreux témoins et chroniqueurs de l’époque.

La seule monnaie, que j’ai voulu introduire est un essai de la pièce de douze deniers en métal de cloche au nom et à l’effigie de Louis XVII. Au même module que le type courant de Louis XVI, son père, cette monnaie symbolique (n .d .),  gravée par Augustin Dupré en 1792, inaugurait,  semble-t-il un prolongement de la monarchie constitutionnelle. Elle n’a pas un réel impact numismatique, mais elle marque logiquement un règne historiquement reconnu (à ne pas confondre avec les frappes postérieures émises sous la Restauration).

CNA: Quelles sont, selon vous,  les perspectives du marché des monnaies royales françaises?

C.J: Les monnaies de qualité ont toujours été prisées par les collectionneurs.

Le marché a toujours évolué, jusqu’ici, d’une manière régulière et constante. La Numismatique aura toujours un bel avenir, dans la mesure où les collectionneurs auront la passion,  la clairvoyance,  la patience de constituer une belle collection.

CNA: Y-a-t-il,  selon vous, une période  injustement délaissée par les collectionneurs?

C.J: En ce qui concerne les monnaies, je ne remarque aucune période délaissée par les numismates. Par contre, les jetons, les médailles, documents  historiques significatifs et emblématiques sont moins recherchés, probablement en raison de  leur configuration moins officielle, et de leur diffusion restreinte.

CNA: Quel est le tirage de la première édition de l’ouvrage?

C.J: L’éditeur ne communique pas aux auteurs le tirage  des ouvrages imprimés et  distribués. Cette question concerne le service diffusion.

L’auteur reçoit ses droits en fonction des ventes annuelles.

CNA:  Que pensez-vous des monnayages modernes ou autres en comparaison des monnayages royaux ?

C.J: Chaque spécialité de la Numismatique à ses adeptes. Il est certain, que dans l’ensemble les émissions  modernes (euros, séries BE, BU, FDC, émissions commémoratives) sont généralement plus accessibles pécuniairement,  que les monnaies royales, bien que certaines émissions soient rares, voire  très rares.  Elles ont un bel avenir, car elles restent pour la plupart d’un prix abordable et présentent des thèmes passionnants et très motivants.

Le CNA remercie Monsieur Claude JACQUELINE de lui avoir accordé de son temps pour la réalisation de cet interview à distance.

Son livre est notamment disponible sur Amazone (voir ici).

Avis d’un lecteur sur Amazone:

« J’ai trouvé ce livre très original, bien documenté avec de très beaux agrandissements de ces minuscules parcelles de notre patrimoine national. Il se lit comme un roman car le style d’écriture est percutant et motivant. La Numismatique est une science que je connaissais mal. C’est un nouveau regard historique, bien référencé et précis sur les origines et l’ Histoire de notre Nation.

Notre monnaie est l’Euro et nos parents ont connu le Franc. J’ai découvert dans cet ouvrage très érudit les pièces de nos ancêtres. Nous voyons, qu’elles ont accompagné les hommes dans la guerre comme dans leur vie quotidienne depuis les origines de la France. Celles en or devaient garnir surtout la bourse des grands et des riches bourgeois; les deniers et écus en argent étaient la monnaie courante dans les villes et les campagnes, où citadins et paysans découvraient au fil du temps, les symboles officiels et les profils de leur roi. »

Source: Bureau du CNA.

Publicités

Magazine « Numismatique et change »: chronique d’une mort annoncée…

CV164

Monnaie Magazine, désormais seule revue numismatique payante

La nouvelle nous a été confirmée aujourd’hui. La société MARTIN MEDIA, éditeur du magazine « Numismatique et Change », jette l’éponge et abandonne l’édition de cette publication.

Le dernier numéro publié sera celui prévu pour les mois de  juillet/août 2016.

La raison invoquée est simple. Le nombre de lecteurs est en baisse constante et régulière, depuis plusieurs années.

Cette nouvelle est d’importance pour les numismates car le nombre des parutions numismatiques est très limité. Outre le regretté NetC, on compte le magazine « Monnaie Magazine », lui aussi parution de la presse payante.

La société CGB.fr édite quant à elle un webzine gratuit « Le Bulletin Numismatique ».

Enfin, la SENA, société savante dédiée à la numismatique, publie une revue trimestrielle de haute volée, plus destinée à un public éclairé voire universitaire.

C’est à peu prêt tout ce que l’on compte comme parution numismatique en langue française.

Cette disparition de Numismatique et change pose un autre problême. Les « Editions NetC », c’est à dire le groupe Martin Media, publiait également quelques livres consacrés à la numismatique tels que le FAYETTE, catalogue de référence pour la monnaie fiduciaire française ou encore le « SOHIER », catalogue de référence des euro-billets.

Il est légitime de penser que l’abandon de l’édition de la revue condamne également l’édition de ces ouvrages de référence par le groupe Martin Media dans l’avenir.

On peut donc légitimement se demander si ces deux ouvrages feront l’objet d’une nouvelle édition et quel en sera l’éditeur.

Peut être la société CGB.fr…

Source: Bureau du CNA.