Plaidoyer pour une pièce de 5€ française

plaidoyer 5€ française

Source: Le Monde du 17/03/2017.

Publicités

Sets monétaires néerlandais 2017/ 2017 dutch coins set

BU 2017 vente 2

BU - image de vente

La Monnaie des Pays-Bas annonce la mise en vente du set annuel Benelux ainsi que celle du set UNC 2017 dédié à la ville d’Amsterdam.

Ce dernier est le set le moins cher de la gamme de sets monétaires émis par la KNM. Il est en général rapidement épuisé.

****************

The Mint of the Netherlands announces the sale of the annual Benelux coinset as well as the 2017 UNC coinset, dedicated to Amsterdam city.

This one is the cheapest coinset in the range of official sets sold by the KNM. It is usually quickly out of stock.

Source: KNM.

Edito du mois de novembre 2016 de Joel CORNU (cgb.fr)

joel CORNU

Joel CORNU, dirigeant de la société CGB.fr

Voici le dernier édito de Joel CORNU, paru dans le Bulletin Numismatique de novembre 2016.

Cela devrait être la profession de foi de tout numismate.

« Collectionner, ce n’est pas seulement réunir une série d’objets au travers desquels on éprouve une quelconque émotion.

L’art de collectionner est un tout, qui passe par l’accès à une culture numismatique avant même de se lancer tête baissée dans les premières acquisitions.

Une fois ce socle de connaissances acquis, il faut organiser la réunion, la collection, des monnaies ou des billets souhaités.

Cette collection doit être méthodique et pertinente, si possible scientifique. Le but n’étant pas seulement de collectionner des objets de l’histoire, mais surtout d’apporter sa pierre à l’édifice de la numismatique. Cette démarche implique très souvent la réalisation de pointages, de recensements, de décryptages des archives moné- taires.

Une fois ce niveau de collection atteint, la dernière étape est la diffusion et la préservation de l’information. Cette ultime étape peut apparaître peu importante aux yeux de certains collectionneurs puisqu’elle n’apporte apparemment rien à l’enrichissement de la collection entreprise. Et pourtant, c’est au travers de cette ultime étape que le mot « collectionner » prend alors tout son sens.

En effet, à quoi bon réunir une collection sans se soucier du devenir de celle-ci ? Une collection, à proprement parler, a pour but d’être systématiquement présentée, revendue et très souvent dispersée au travers d’une vente.

Ce dernier passage est bien souvent inéluctable. Il est toujours souhaitable de vendre sa collection en bloc, limitant ainsi sa dispersion, mais pour des raisons financières, la dispersion reste le meilleur moyen d’optimiser au mieux les fonds investis tout au long de la constitution de cette collection.

Ainsi, le collectionneur se doit d’apporter la même attention lors de la revente de sa collection que pendant toutes ses années de recherches. Le choix de la méthode de vente, le choix de disperser sur plusieurs années, le choix de vendre des parties cohérentes les unes après les autres…

Vous l’aurez compris : il est primordial de vendre de son vivant car le travail et la responsabilité du collectionneur vis-à-vis de sa collection sont bien réels. Une vente bien faite, bien réfléchie et bien organisée mettra votre collection à l’abri d’un massacre numismatique ».

Source: Joël CORNU-CGB.fr

Emission TV de 1996 « C’est pas sorcier », consacrée à la monnaie

Cette émission a 20 ans déjà. Elle explique de manière pédagogique ce qu’est une monnaie et surtout présente les futures pièces de la série divisionnaire en euros (à la 24ème minute, un responsable de la Monnaie de Paris présente une série d’essais d’euros officielle!!).

essais-euro-1

essais-euro-2

essais-euro-3

Essais officiels de pièces en euro françaises – 1996

Ces émissions étaient toujours très bien réalisées. Celle-ci ne fait pas exception à la règle.

A revoir avec plaisir.

Source: Page Youtube « C’est pas sorcier ».

2€ commémorative 2015, la Commission Européenne et MONACO

monaco_400

2€ commémorative MONACO 2015 – Forteresse de la Principauté

 

Sur le site de la commission européenne, on peut lire la déclaration suivante (texte initial).

******

Règles régissant le montant des pièces en euros — y compris des pièces commémoratives — émises par de petits pays non membres de l’UE

« L’émission de pièces en euros par de petits pays non membres de l’UE, qui utilisent l’euro comme monnaie légale officielle, est régie par des accords bilatéraux («accords monétaires») conclus entre ces pays et l’UE.

Ces accords monétaires couvrent deux grands aspects: les petits pays non membres de l’UE doivent garantir des conditions plus équitables dans le domaine de la législation européenne à mettre en œuvre au travers de l’accord; ils doivent également émettre un pourcentage suffisamment élevé de pièces en euros à la valeur nominale, en respectant le plafond annuel fixé pour l’émission de pièces.

Les accords monétaires plafonnent le volume des pièces en euros que les petits pays non membres peuvent émettre chaque année (actuellement à une valeur totale d’environ 2,7 millions d’euros par an). En outre, les petits pays non membres doivent émettre, dans la plupart des cas, au moins 80 % des pièces en euros destinées à la circulation à la valeur nominale. La méthode de calcul du volume annuel des pièces définie dans les accords s’est révélée efficace et appropriée. D’ une manière générale, les pays dépassent toujours les seuils minimums, un des petits pays émettant même plus de 90 % de ses pièces destinées à la circulation à la valeur nominale.

Conformément aux accords monétaires, les petits pays non membres sont libres de choisir les dénominations des pièces en euros (toutes, certaines ou aucune) à émettre. Ces pièces doivent être au moins d’une «qualité circulation» et satisfaire aux autres spécifications techniques visées dans le règlement n° 729/2014 du Conseil. Les pays peuvent également émettre des pièces d’une qualité supérieure, telle que la qualité «brillant universel», «semblable à épreuve» ou «épreuve».

Les petits pays non membres de l’UE sont libres de déterminer la (les) dénomination(s) des pièces en euros qu’ils souhaitent émettre, selon la norme de qualité de leur choix, pour autant que les pièces en euros soient au moins de «qualité circulation».

Ces pays peuvent donc décider librement d’émettre ou non des pièces commémoratives de 2 euros et fixer comme ils le souhaitent le volume de ces pièces commémoratives, pour autant que l’émission totale des pièces en euros destinées à la circulation, y compris des pièces commémoratives, ne dépasse pas le plafond annuel d’émission. L’Union européenne n’est pas compétente, en vertu des accords monétaires, pour définir ou fixer un volume minimal de pièces commémoratives en euros destinées à la circulation à émettre par les petits pays non membres. »

******

Cette déclaration nous semble importante dans la mesure où certains petits pays (Monaco pour ne pas le nommer) réservent l’intégralité de l’émission de leurs pièces de 2€ pour les collectionneurs. La pièces est alors émise en qualité BU ou BE et distribuée via les « quatre » de MONACO.

Ainsi, les collectionneurs sont actuellement tenus de débourser plus de 800€ pour une pièce de 2€ commémorative 2015 de Monaco.

Dans une Europe d’inspiration libérale, on se trouve donc face à un état qui a mis en place un système de distribution qui crée au profit de quatre professionnels du « Rocher » une rente viagère prélevée sur les collectionneurs non résidents européens. Ceux-ci représentent d’ailleurs 99,99% des acheteurs finaux de ce collector…La rente est donc conséquente puisque l’émission initiale est de 10 000 pièces!

Mieux, une journée de vente promotionnelle est organisée chaque année au musée de la Monnaie de Monaco afin de donner l’illusion aux autorités européennes que le public a accès à ces pièces. C’est une réponse de juriste face aux critiques de plus en plus nombreuses auxquelles la principauté doit faire face.

A noter que même lors de cette journée de vente, les pièces de 2€ sont vendues par le Musée (institut monétaire émetteur monégasque) à plus de 100€ aux collectionneurs et professionnels qui auront fait le déplacement.

Nous rappellerons juste que, jusqu’en 2005, le Musée de Monaco tenait à jour une liste de collectionneurs européens non résidents auxquels ce dernier proposait les collectors euros à raison d’un exemplaire par foyer.

Preuve que le système de distribution perverti actuel est de création récente…

Quant à l’incompétence de la Commission Européenne sur l’appréciation d’un volume minimal de pièce de 2€ commémorative destinées à la circulation, une révision des traités monétaires bilatéraux par un avenant pourrait très rapidement régler le problème.

Source: Commission Européenne et bureau du CNA

Nouveau retard dans la mise en circulation de la seconde 2€ française 2015

330px-Federation

Illustration de la Fête de la Fédération.

L’émission de la pièce de 2€ « République » 2015 commémorant le 225 éme anniversaire de la Fête de la Fédération a été retardée à nouveau.

Elle devait en principe être disponible à la Monnaie de Paris ce Lundi.

fr_400

Or, le bureau de retrait des monnaies de circulation  de la MDP ferme à la fin du mois de juillet pour un mois.

Il est trés vraisemblable que cette monnaie ne soit pas disponible à la MDP avant le mois de septembre, voire même au delà.

Seule la version BU colorisée de cette pièce de 2€ est disponible sur le site de la Monnaie de Paris. La MPD avait indiqué en juillet 2014 au CNA, lors de la présentation du programme officiel 2015, que les monnaies de 2€ colorisées resteraient une exception dans la gamme de la MDP. Il semble que l’orientation actuelle des programmes monétaires a changé.

Les collectionneurs restent friands de telles pièces colorisées qui sont en plus, dans ce cas de figure, des émissions officielles.

Cette pièce sera frappée à hauteur de 4 000 000 d’exemplaires.

10041293560000-zoomrecto

Version BU de la pièce de 2€ 2015 « République »

Source: Bureau du CNA.

2€ commune 2015 – dessin choisi par les européens

ImageProxy

La Communauté Européenne a dévoilé le visuel de la future pièce de 2€ commémorative commune 2015  « 30 ans du drapeau européen ».

Le dessin de George Stamatopoulos, un graveur de la banque centrale grèque représente 12 personnes formant une chaîne humaine autour du drapeau de l’Union européenne, 12 étoiles d’or sur un fond bleu pour célébrer le 30e anniversaire du drapeau de l’UE.

100 000 personnes ont voté sur internet et le projet grec a bénéficié de prés de 30% des votes exprimés. Il convient de préciser qu’au moment du vote, l’origine nationale des projets soumis au vote n’était pas précisée.

Au niveau du style, nous sommes dans la droite ligne de la 2€ commémorative commune 2012.

La Chaîne Euronews (voir ici) consacre un reportage à cette nouvelle émission monétaire commune.

Au  total 79 millions de pièces seront émises par 19 pays de la zone euro ayant adopté l’euro comme monnaie unique.

Source: Communauté Européenne.

Le projet belge de 2€ commémorative sur la bataille de Waterloo contesté par le gouvernement français

100px-Logo-Monnaie_Royale_de_Belgique

Le gouvernement français tente de bloquer l’adoption d’une pièce de monnaie commémorative de 2€ belge dédiée à la  bataille de Waterloo. Cette bataille a eu lieu en 1815 en Belgique  et marqua la chute définitive de NAPOLEON Ier. Cette pièce devait célébrer le 200e anniversaire de la bataille historique menée par le duc de Wellington contre Napoléon Ier.

Un projet a été soumis au Conseil de l’Union européenne par la Belgique en Février 2015.

La France a adressé une lettre de protestation aux autorités européennes, affirmant qu’un tel projet pourrait causer « des réactions hostiles en France » et contribuerait à saper la cohésion européenne au sein de la zone euro en célébrant un symbole négatif pour une fraction de la population européenne.

Toujours selon le gouvernement français, la bataille de Waterloo est un événement avec une résonance particulière dans la conscience collective, préjudiciable, dans un contexte où les gouvernements de la zone euro tentent de renforcer l’unité et la coopération au sein de l’union monétaire.

Certes plusieurs pièces commémoratives ont été émises concernant la première guerre mondiale (première 2€ commémorative belge 2014) ou la seconde guerre mondiale (2€ commémorative 2010 – Appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle émise par la France). Cependant la première était générique et portait sur la commémoration d’un événement majeur qui a touché l’Europe dans son ensemble, sans mettre en avant un belligérant par rapport à un autre. La seconde commémore un des premiers actes de résistance fondateurs du Général de Gaulle. La seconde guerre mondiale est en arrière plan par rapport à un événement qui va jouer un rôle essentiel dans la recomposition politique, institutionnelle  et gouvernementale française, pendant et après la guerre.

Waterloo est une bataille qui marque la fin d’une campagne militaire (celle des cent jours) et qui se solde par l’abdication définitive de Napoléon Ier. C’est une défaite majeure de l’histoire militaire française qui marque également la restauration de la monarchie et des Bourbons en France. Ceux-ci en avaient été chassés par les révolutionnaires républicains en 1789.

Il n’est donc pas étonnant qu’une telle émission monétaire suscite quelques réactions au sein des institutions républicaines françaises.

Un Etat membre peut s’opposer à une émission monétaire d’un autre Etat membre, dés lors qu’il estime qu’elle lui est préjudiciable. C’est également la raison d’être de l’obligation faîte aux Etats membres de communiquer préalablement tout projet d’émission monétaire aux autorités monétaires européennes, qui informent ensuite l’ensemble des Etats membres.

Les autorités européennes devront donc trancher cette question.

1292104401_B971751898Z.1_20140108095109_000_GB41OG8CR.1-0

Mémorial de Waterloo – crédits photo LE SOIR

Source: The Telegraph – merci à J.M. pour la communication de cette information.

Lancement du concours pour le dessin de la pièce de 2€ commune 2015 « 30éme anniversaire du drapeau européen »

Scan

 

Il est rappelé que le la face nationale ne peut pas contenir de référence quant à la valeur faciale de la pièce ou au nom de la monnaie (Euro).

Le symbole « € » peut toutefois être représenté sur la face nationale (ce qui est le cas sur la 2€cc 2012 commune).

La face nationale de la pièce doit comporter les éléments suivants:

– Sur le cercle extérieur (couronne): les 12 étoiles du drapeau européen, entourant le dessin.

– Sur le cercle intérieur (insert ou coeur): l’année 2015 ou « 1985-2015 » et le nom du pays émetteur en majuscules.

La commission européenne recommande l’absence de tout autre texte afin d’éviter toute difficulté de traduction et de limiter les difficultés d’adaptation du dessin pour les pays ayant plusieurs langue officielles.

S’il devait y avoir un texte, il devrait en tout état de cause être court et en anglais.

Un espace doit être laissé libre dans l’insert afin de permettre l’apposition d’un différent monétaire.

La commission européenne recommande de ne pas proposer un dessin représentant une carte géographique, qui pourrait être répétitive par rapport à la face commune.

Les mints nationaux peuvent soumettre plus d’un projet.

La commission rappelle par ailleurs le calendrier de cette émission:

– Soumission du dessin du 02 au 20 mars 2015

– Pré-sélection du dessin du 23 au 27 mars 2015

– Sélection du dessin final par les citoyens européens: 30 mars au 09 mai 2015

– Début de la frappe des pièces: juin 2015

– Mise en circulation: à partir du 1er juillet 2015

Source: Commission Européenne